Les USA mettent l’Irak dans une situation très précaire : Faites sortir la Chine, les Hachd et l’Iran du pays, sinon…Par Elijah J.Magnier.

par Elijah J. Magnier. 26 avril 2020

1ère partie :

L’Irak n’a jamais connu une fragmentation d’une telle ampleur, incarnée par une division sans précédent parmi les divers blocs politiques à l’intérieur d’un système parlementaire qui repose sur le consensus des blocs parlementaires au pouvoir.

Consciente du manque d’unité irakienne, l’administration américaine joue un rôle important en jetant de l’huile sur le feu.

L’intensité pétrolière dans l’économie irakienne est de l’ordre de 67 % de son budget. Le prix du pétrole est désormais si faible qu’il menace l’économie irakienne et est devenu un facteur contribuant à mettre en danger l’intégrité du territoire. La détérioration du niveau de vie, l’instabilité des infrastructures, l’apparition de la COVID-19 et ses répercussions économiques mondiales, ainsi que la division des partis qui veulent leur part au sein du gouvernement irakien sont tout autant de facteurs contribuant efficacement à l’instabilité actuelle de l’Irak.

Il est intéressant de noter que les USA promettent une récompense financière à ceux qui « fournissent des informations sur l’activité et le modus operandi des responsables du Hezbollah responsables du dossier irakien, soit le cheikh Muhammad Kawtharani et ses alliés ». C’est évidemment dû à son influence dans l’unification des groupes politiques chiites, sunnites et Kurdes irakiens et dans la facilitation de la formation du gouvernement. Il est clair que l’unité des différentes forces irakiennes va à l’encontre des intérêts américains à ce moment-ci.

L’administration américaine a de multiples « projets », dont celui de maintenir ses forces en Irak. Washington n’est pas disposé à se conformer à la décision du Parlement irakien, officiellement contraignante, de retirer les forces US de l’Irak. Les USA sont manifestement heureux de voir que les Irakiens ne sont pas parvenus à un consensus et qu’ils éprouvent des difficultés à choisir un futur premier ministre et un nouveau cabinet.

Cela s’est manifesté à plusieurs reprises par le passé, notamment sous le règne de l’ancien premier ministre Nouri al-Maliki, lorsque les USA ont refusé de remettre des armes déjà payées par l’Irak en 2014 (alors que Daech était passé à l’attaque et contrôlait le tiers du pays). De plus, quand Adel Abdul-Mahdi a pris le pouvoir en 2018, Washington s’en est pris aux Forces de mobilisation populaire (FMP), à la police fédérale et à l’armée irakienne à Al-Qaïm qui étaient chargés de surveiller les mouvements du groupe armé « État islamique » à la frontière syro-irakienne. En outre, les USA, qui contrôlent l’espace aérien au-dessus de l’Irak, ont permis à Israël de frapper des entrepôts d’armes appartenant aux forces de sécurité irakiennes. L’ambassadeur américain en Irak a d’ailleurs confirmé à Abdel Mahdi la responsabilité directe d’Israël dans ces attaques, qui constituaient un mépris flagrant de la souveraineté irakienne et des modalités du partenariat avec les forces US basées en Irak.

Les USA sont allés encore plus loin en poussant la région au bord de la guerre lorsqu’ils ont assassiné le chef adjoint des FMP, Abu Mahdi al-Muhandis, et son invité irakien, le major général Qassem Soleimani, à l’aéroport de Bagdad.

Les USA ont réagi à l’échec de l’élection d’Adnan al-Zurfi (un proche allié de Washington hostile à l’Iran) au poste de premier ministre. Politiquement, les USA sont toujours prêts à exercer des pressions (comme ils l’ont fait au cours des années précédentes lors de la sélection des candidats au poste de premier ministre) sur leurs alliés politiques parmi les Kurdes et les sunnites pour qu’ils remettent en cause un nouveau candidat au poste de PM. Le choix de Mustafa al-Kazemi, l’ancien directeur des services du renseignement irakiens qui avait été nommé par l’ancien premier ministre USA Haider al-Abadi à l’époque, semble ne pas faire l’affaire de Washington.

Al-Kazemi a réussi à obtenir l’aval de la plupart des partis chiites ; il n’y a pas d’objection aux noms des ministres qu’il a choisis. Sayyed Muqtada al-Sadr a cependant insisté sur son droit de s’opposer aux noms des ministres chiites. Quant aux alliés de Washington, sunnites et kurdes, ils ont rejeté la demande de Al-Kazemi de sélectionner son propre cabinet, en faisant valoir leurs quotas et leur droit de choisir leurs ministres eux-mêmes. Al-Kazemi a dit à ses proches collaborateurs qu’il voyait cela comme un message des USA pour faire obstacle à ses efforts en vue de former un gouvernement. Les USA voulaient clairement des garanties avant de lever la menace d’instabilité qu’ils laissent planer sur l’Irak.

Washington a dicté de manière flagrante ses exigences aux responsables irakiens : annuler tous les accords signés avec la Chine, dissoudre les FMP en fragmentant ses brigades et en les intégrant dans l’appareil de sécurité existant (ministère de la Défense et ministère de l’Intérieur). Les USA voulaient faire imposer leurs lourdes sanctions contre l’Iran et amener la Mésopotamie à fermer ses portes à la « République islamique » pour forcer Téhéran à tomber dans les bras des USA et ainsi reconnaître leur domination. Enfin, Washington voulait que le parlement irakien annule sa précédente décision d’exiger le retrait des forces US du pays, comme nous l’avons dit, une décision prise en grande partie à la suite de l’assassinat de Abu Mahdi al-Muhandis et du major général Qassim Soleimani, à l’aéroport de Bagdad.

L’Amérique s’appuie sur les différences sunnites-sunnites et chiites-chiites parce que le fossé est devenu profond entre les partis politiques irakiens. Selon un décideur du bureau du premier ministre, après l’élection de Kazemi la semaine dernière, les USA voulaient forcer Adel Abdul-Mahdi à rester au pouvoir s’il satisfaisait aux exigences de Washington (maintien des forces US en Irak, annulation de tous les contrats avec la Chine, démantèlement des FMP et adhésion aux sanctions visant à punir l’Iran), une offre qu’il a catégoriquement refusée.

Certains partis chiites disent écouter les conseils de l’autorité religieuse de Nadjaf, Sayyed Ali Sistani, qui a fait tomber Adel Abdul Mahdi. L’appel à la démission d’Abdul Mahdi par Sayyed Sistani était en réponse aux demandes des manifestants qui voulaient des réformes et la fin de la corruption. La Marjaya n’est toutefois pas allée plus loin après avoir fait tomber Abdel Mahdi, même si elle est pleinement consciente que le premier ministre avait hérité d’un système corrompu par les 15 dernières années marquées par la domination et la cupidité des partis politiques.

Les partis sunnites et kurdes disent vouloir leur part dans le nouveau gouvernement et la Marjaya à Najaf n’a aucune autorité sur eux. Les sunnites sont divisés entre le président du Parlement, Muhammad al-Halbousi, qui veut nommer lui-même les 6 ministres sunnites (11 pour les chiites, 4 pour les Kurdes et 2 pour les minorités) en ne laissant aucun choix à son allié Khamis Khanjar al-Issawi, chef du parti « Axe arabe ». Le leader kurde Massoud Barzani a également demandé que Fouad Hussein soit maintenu comme ministre des Finances, alors qu’il avait été convenu qu’aucun ministre du gouvernement précédent ne serait nommé dans le gouvernement actuel. Il ne faut donc pas sous-estimer la difficulté qui attend le nouveau candidat Mustafa al-Kazemi.

2ème partie : 27 avril 2020


Aucun pays ne sortirait indemne du genre de lutte profonde entre tous les groupes politiques qui prévaut actuellement en Irak. Les USA n’ont pas de grands efforts à faire pour semer la discorde entre des partis intrinsèquement fragmentés. Le retrait du major général Qassim Soleimani de la scène irakienne, dont l’objectif personnel était de rapprocher les différents partis politiques, a été un événement marquant, mais il n’a pas changé la donne. Sa disparition n’a pas profondément modifié la scène politique irakienne, puisqu’il avait déjà échoué, deux mois avant son assassinat par les USA, à persuader les partis de s’entendre sur un même candidat au poste de premier ministre, suite à la démission du premier ministre Adel Abdul Mahdi. Les politiciens irakiens placent leurs différences au-dessus de tout afin de protéger leur influence politique, se montrant peu sensibles au devoir patriotique d’unité devant les graves défis à relever par le pays.

Le premier ministre Abdul-Mahdi ne s’est pas trompé lorsqu’il m’a dit un jour « Nous ne savons pas comment gouverner. Nous ne sommes bons qu’à nous opposer à celui qui dirige ». Aucun dirigeant en Irak ne pourra sortir le pays de la grave crise financière qui prévaut, de l’acrimonie politique et de la crise sanitaire due à la COVID-19, faute d’argent. La pression de la rue, où les manifestants revendiquaient de meilleures conditions de vie, reviendra plus forte que jamais. Le faible prix du pétrole brut mine les revenus annuels de l’Irak. Le déficit budgétaire de l’État monte en flèche ; sa dette extérieure est persistante et l’aide de la Banque mondiale, sous contrôle américain, est plus nécessaire que jamais. Les USA n’accorderont pas d’aide financière tant que leurs exigences ne seront pas satisfaites et que l’influence iranienne aura cessé en Irak.

Les USA rejettent la politique d’équilibre de l’Irak, pour qui sa relation avec eux est aussi importante que sa relation avec l’Iran voisin. Washington commet des imprudences en Irak, en s’étant donné comme principe « après moi le déluge », une expression attribuée au roi Louis XV de France pour indiquer qu’aucune considération autre que sa propre obsession ne compte.

Les USA soutiennent le Kurdistan irakien en agrandissant leur base militaire « Harir » et en établissant une autre grande base militaire à la frontière avec l’Iran. Le message à Bagdad semble brutal : les forces US sont là pour de bon, sans égard à la résistance des parties de l’Irak plus soumises à l’autorité de Bagdad. Au Kurdistan, l’autorité du gouvernement central n’est pas aussi efficace que dans d’autres parties du pays. Les USA soutiennent les peshmergas kurdes et leur procurent des armes par l’intermédiaire des Émirats arabes unis. Quatre cargaisons pleines d’armes ont récemment atterri à Erbil.

Si Trump reste au pouvoir, il n’est pas exclu que son administration aide la région du Kurdistan à se détacher de l’Irak, tout en soutenant une tentative de sécession kurde dans le nord-est de la Syrie. Dans la partie de la Syrie qu’occupent les USA avec l’appui des Kurdes, les forces US volent le pétrole brut syrien, même si son prix ne suffit plus à payer les dépenses des troupes déployées sur place, ce qui fait ressortir une autre raison expliquant leur présence, qui est liée à l’allié des USA qu’est Israël.

Les manifestants irakiens qualifient les USA de « joker », une force puissante qui influe sur les événements en Irak, souvent clandestinement. Cette influence ressortait dans les manifestations de l’an dernier, mais était encore plus évidente dans le mouvement pour l’indépendance du Kurdistan. Les responsables kurdes ont déjà rejeté la décision constitutionnelle contraignante du parlement irakien appelant au retrait des USA de l’Irak, ce qui constitue une rébellion manifeste contre l’autorité de Bagdad.

Les décideurs irakiens à Bagdad estiment que le président des USA Donald Trump n’agit qu’en fonction des intérêts de son pays. Il a remercié Adel Abdul-Mahdi d’avoir protégé l’ambassade américaine lorsqu’elle a subi une attaque à Bagdad. Le président américain a envoyé un message positif à l’Iran par l’intermédiaire d’Abdul-Mahdi pour ensuite, quelques jours plus tard, tuer le général iranien Qassem Soleimani. L’administration américaine veille également aux intérêts d’Israël en Irak plutôt qu’en fonction de l’intérêt « déclaré » voulant que les USA veuillent établir des liens solides et amicaux avec l’Irak.

Trump n’a pas écouté les protestations d’Abdul-Mahdi qui l’avait appelé personnellement pour lui dire qu’en attaquant les forces de sécurité de l’Irak, les USA mettaient les Irakiens en colère et que toute action unilatérale aurait des conséquences catastrophiques pour tout le monde. Trump a plutôt écouté ses collaborateurs, pour qui les dirigeants du Moyen-Orient sont des subordonnés et non des alliés. Cette condescendance des USA sert les intérêts de l’Iran, qui sait tirer profit des erreurs américaines, ont affirmé les sources.

Il ne fait aucun doute que l’Irak est en crise et que les querelles internes s’ajoutent à une situation économique et sanitaire difficile qui touche tous les pays. Mais le plus grand danger pour l’Irak vient de l’administration Trump, qui ne peut imaginer rien d’autre que soumettre les États par la force. En semant le vent de la sorte, les USA finiront bien par récolter la tempête au lieu de conclure une alliance solide avec l’Irak.

source : https://ejmagnier.com

traduction Daniel G.

Source : https://reseauinternational.net/les-usa-mettent-lirak-dans-une-situation-tres-precaire-faites-sortir-la-chine-les-hachd-et-liran-du-pays-sinon-1-2/

https://reseauinternational.net/les-usa-mettent-lirak-dans-une-situation-tres-precaire-faites-sortir-la-chine-les-hachd-et-liran-du-pays-sinon-2-2/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *