Les manifestations de décembre 1960 en Algérie. par Boumediene Lechlech.

 » A l’occasion de la commémoration du 60éme anniversaire des grandioses manifestations populaires historiques de décembre 1960. », une contribution de Boumediene Lechlech
A Monsieur Daho Djerbal, Directeur de la publication de la revue « Naqd ».

Contribution sur l’histoire récente de l’Algérie.

 Décembre 1960 n’est pas encore prêt à livrer tous ses secrets.*

                                                                                                                                                     (À l’occasion de la parution du numéro spécial de la revue « Naqd » consacré au cinquantième anniversaire de l’évènement).

1) A propos de la note introductive:                                                         

Pour  rentrer  dans le vif du  sujet , et  d’abord  du  point  de  vue  de  la  forme ,  je   crois  ,  à  mon  humble   avis  , que  plusieurs  parmi   nous  ont  ressenti   la  nécessité  d’une  revue  spéciale  d’histoire  pour  le  très large  public avec  une  parution  régulière ,et  ce depuis l’ouverture  démocratique  dévoyée  de  1989,       et  non  un  simple hors-série .De  ce  point  de  vue , ce numéro spécial  répond  partiellement   à  l’attente . Permettez – moi   de  vous  dire  franchement  , que  par  rapport    au  contenu  de   la  note  introductive  , deux  contributions  sont un  peu  trop  «lourdes» , car  il  y’a  l’ambition  de  s’adresser au  large  lectorat  que  vous souhaitez cibler et gagner.Je fais allusion à la troisième et  quatrième, et  dont  le  volume  est assez épais et dense.D’habitude,comme vous  le saviez, les  revues  spécialisées  dans  le  monde  consacrent  par  numéro ,  un  dossier  spécial , en  plus  de  diverses  rubriques  permanentes  comme  l’interview , les  réponses aux questions des lecteurs, des jeux d’histoire…,avec des  illustrations  iconographiques ,en archives et autres . Il ne faut  pas  négliger l’usage  surtout  de  la  langue  arabe  qui   est  indispensable   aujourd’hui  (  avec  le  tamazight moderne  même  encore  à  l’état  expérimental ). Alors que la reliure de  cette revue  est de mauvaise  qualité, et  le choix  du  format  discutable.(1)

Aussi faudrait-il ajouter en complément à vos remarques  relatives  à la  place de l’histoire dans  notre société  et sa fonction , surtout  celle  de  la  guerre  de  libération  nationale , sa  falsification ( que  l’on doit distinguer –  chose  tout  à fait  naturelle  –  de   la  diversité  d’interprétation )  éhontée   par  des  sphères  du  pouvoir  politique  ,  et  certains  milieux   de  l’opposition   dans  la  société  algérienne  . Et  si  l’on  devrait   saluer  la  prolifération   des  écrits  d’acteurs -témoins , il y’a  lieu  aussi  de  noter  la  déviation  de  certains  qui   s’éloignent   de  l’autobiographie  et  du  témoignage , pour s’ériger  en  historiens  qualifiés     (même  si  l’on  considère  que   personne  n’a  le  monopole  d’écrire   dans  ce  domaine ,  dans   la  limite   de  l’éthique  déontologique   et   des   règles  de  la  rigueur scientifique).Certes le métier d’historien est craint,mais dévalorisé dans notre pays , et ce n’est pas pour autant que quiconque s’en réclame.(2)

Mais  alors  que  le  monopole  justement   s’exerce  sur  tout  ce  qui  a  trait   aux  archives,et pas uniquement celles sensibles pour la sécurité et la cohésion nationales , par  des polices  politiques qui  s’érigent  en exclusives détentrices  de  l’autorité   sur  la  mémoire   collective   nationale , de  manière  exagérée . Alors  que   de   simples  « chargés  d’archives » de  l’histoire  de  la  guerre  de libération  nationale , dans  l’organisation  des anciens  Moudjahidines  et  des  associations assimilées, s’improvisent en auteurs autoproclamés (puisant leur financement  dans  l’argent  public ), les exploitent  mal  dans des publications en  se  réclamant  d’une   légitimité  dépassée , avec la complicité  de  maisons d’édition  ou  de  journaux  qui  ne  s’intéressent  qu’aux   pactoles  ramassées,   et  avec  l’aide  de  lettrés rentiers  restants  cloitrés  dans  l’anonymat.(3)

Et  par  conséquent  « la  bleuîte »  semble  devenir  permanente  dans  cette confusion généralisée . Alors que  certains  milieux  intéressés  ont  carrément détruit   des  pans   entiers  d’archives   compromettantes   pour  eux , surtout durant  la  période  du  terrorisme  islamiste , en  profitant  de  la  situation  et camouflant  leurs  méfaits  et  positions  antinationales . Par  contre   l’ennemi    d’hier se proclamant ami d’aujourd’hui, adopte toujours  un douteux  multiple jeu  favorisant  l’émergence   de   réseaux  « d’historiens(nes) »  diplômés(es) , très  médiocres  et  sans  vocation ( L’exception  d’une   minorité   autonome , scientifique et critique d’historiens formée en France l’est grâce à la  solidarité  de  milieux  anticolonialistes , mais  dont  une  bonne  partie  fut  recyclée  par       le  système ).Et encore dresse un verrouillage presque total  sur  les  archives ,  enfreignant   ses   propres  textes   juridiques  sur les délais  limites  fixés  à  la déclassification et  à l’usage  public  des documents  écrits , sources filmées et sonores…On ne laisse filtrer que  ce qu’on juge bon  à cela , et l’on pense  ainsi protéger  par  ce  moyen  ses  intérêts  stratégiques  et  les  forces ( une  relève    formée  de nouvelles élites ) qui  les garantissent ,et pérennisent dans le  cadre d’une optique  néocolonialiste , toujours  réadaptée  aux  nouveaux  contextes interne et global. On continue alors dans  la paix , la  guerre  psychologique  et  du  renseignement , même  en  investissant  le  domaine de l’histoire  par  des généraux  spécialistes et privilégiés en la matière ( par la dérogation ).(4)

   Et  qu’observe – t – on   du  côté  des  gardiens  du  temple  de  « l’organisation nationale  des  historiens »  officielle ( ou  ce qui en reste ) qui  est  devenue  un tremplin  à  la  promotion  politico-sociale , et  à  la  retraite   dorée  de  députés  et  sénateurs  propulsés  ? Sa  principale  besogne  non  déclarée  n’est  pas  des études  scientifiques  d’intérêt  national , mais « la  chasse   aux  sorcières » , la conversion  politique ,la redistribution  des  prébendes  de la rente corruptrice , ainsi   que  la  participation  au  jeu  d’équilibrage   des   néo – ‘assabyetes  dans  ce  système  clientéliste  et  pervers . Alors  que  dans  les  faits  on  joue  le rôle d’auxiliaires  dociles  qui   asphyxient  toute  pensée   autonome  indispensable  au  progrès  de  la science historique  académique  et  à  l’intérêt  national.(5)

   Toutes  les  stratégies  adoptées  , sans  aucune  exception , de  maintien  au pouvoir  politique  ou  de  sa  conquête  instrumentalisent  outrancièrement  la mémoire  collective  et   l’histoire  nationale , et  en  particulier   notre   guerre  d’indépendance . L’évènement  de  décembre  1960  n’y   échappe   pas , et  la propagande   directe  par  l’histoire  est   devenue   monnaie  courante . Même  des  mythes   colonialistes  sont   transformés  en  mythes  nationalistes , et  ils deviennent  souvent  fondateurs . Légitimer et  justifier ses  actes  et  positions restent  le  but  essentiel . Alors  que   toute   avancée   pour  l’avenir  nécessite  une  réassimilation autocritique et critique du legs historique. Le plus  grave est la  tendance  au  développement  d’une  sorte  d’ethnocentrisme en  histoire  à  rebours  et   de  chauvinisme   qui  consiste  à  glorifier  sa  région , son  ethnie , sa  communauté  , sa  tribu , sa  famille …  en  généralisant  et   parfois  allant  à l’encontre  des faits historiques contradictoires ( têtus, comme on dit ), et de la destinée nationale. Les  biographies d’héros  sacralisés  sont  instrumentalisées, et  les  anciens  clans   se  redimensionnent  sur  la  base de  la réhabilitation de personnalités   politiques   bannies   officiellement   du  mouvement   national . Et  on  ose  même  donner  une  profondeur  historique   à  la  politique  dite  de  ‘’  réconciliation  nationale  ’’  pour   tenter   de  se   guérir  des   séquelles   des  luttes  fratricides  du  passé  ,  et  éviter  la   transmission   des   blessures  de  la mémoire   collective  aux  nouvelles  générations  ; mission  ‘’disputée’’ souvent  par  des  politiques  et  politologues  aux  historiens , et  qui  travestit  l’écriture  véridique ( relativement ) de notre histoire  nationale  proche  ou  lointaine.(6)

2) Au sujet du titre principal:                                                                                                                      Par  rapport  au  titre  et  aux commentaires  à son  sujet dans  la presse , il faut d’abord  dire   qu’il  prête  à  confusion  chez  les  lecteurs  non  avertis . Il  s’agit fondamentalement  de  manifestations et de  contre – manifestations ( avec  de multiples  formes  de  luttes  pacifiques  et  violentes )  qui  se  sont  étalées  sur  plusieurs   jours   qui  ont  touché  presque   toute  l’Algérie  ,  même  si  à  Alger  elles  ont   été  grandioses  le  jour  du  11  décembre  1960 ( stade  culminant ) , et  il  y ’ a   eu  le  plus  de  morts . Personnellement ,  je  l’aurais   vu   en  sous – titre . Mais  par  contre  « la métaphore »  ( Le  Diên  Biên  Phù politique  de  la guerre  d’Algérie )  originale  n’est  pas  de Hartmut  Elsenhans , qui  lui – même l’emprunte   à  un  officier  français   interviewé  par   le  reporter   du   journal     ‘’  le  Monde  ’’ censuré  qui  avait  utilisé  le  terme  « psychologique  »  au  lieu  de  politique .Alors que l’usage de cette métaphore  «  Diên   Biên  Phù  »  avec  divers  qualificatifs  –  signifiant  la défaite – (militaire, politique, psychologique , diplomatique  et  pacifique ) , on  va  la retrouver  avant  et  après  l’évènement lui-même chez diverses personnalités et forces politiques et  militaires. Enfin  il fallait  expliquer brièvement , en marge ,où  est  situé l’endroit (le  toponyme) ,   au  Vietnam  et  sa  signification  qui  doit  être   bien  relativisée ,loin  de  toute  euphorie  triomphaliste  et  trompeuse.(7)

3) L’intitulé des sous-titres:                                                                                                            Les  deux  dernières  contributions , fort intéressantes , la première du point de vue  de  la  politique  française  et  la  seconde  de  celle  de  l’Algérie débordent largement  le  sujet  et  méritent  mieux  , à  mon  avis  personnel , des titres qui portent  , au moins , sur  toute  la  durée  de  la guerre  d’indépendance  et  non seulement sur l’évènement de  décembre 1960  lui-même  et  son  immédiateté             ( d’avant  et  d’après ). Et donc trouvent leur cadre temporel  dans  un  contexte un peu plus vaste, celui de la guerre de libération nationale (1954 – 1962).(8)

4) Remarques sur la chronologie indicative:                                                      Même  corrigée   par  un  errata  (qui  prête à la confusion ), cette chronologie   ( élaborée  sans  doute  par  des  gens , à  priori  non  spécialisés  en  histoire ) , est  exclusive  et  maladroite   ( mais  sûrement   non   intentionnellement )  et comporte  quelques  erreurs . Pour  qu’elle  raison  exclure uniquement le PCA qui malgré tous ses déboires (comme toutes les autres formations politiques )  a  donné  ses  martyrs  autochtones  et  d’origine   européenne  à  la  patrie  , à  l’instar  des  autres  forces  nationales , sans  compter  ceux  liquidés  par  leurs  ‘’frères  d’armes ’’  et  dont  le  cas  fut  gardé   secret  des  années  par  le  PCA  lui-même !? En tout cas les manifestants musulmans  eux  se  sont  rassemblés  le jour même  du  11 décembre 1960  symboliquement  devant  les  demeures,   à l’ex.Clos Salembier(El Madania),de deux de ses martyrs morts héroïquement: Henri  Maillot et Fernand  Iveton.(9)  

Parmi  les quelques  erreurs  que je relève, et pas toutes, la plus grossière est (elle doit-être involontaire ou d’impression)celle du 24 novembre 1960 où il est dit : « Voyage de De Gaulle en Algérie »! Celles  qui  sont  à  bannir  concernent  la  citation  de  la mort  aux  combats  d’officiers  supérieurs  de  l’ALN  , et  pas  d’autres (alors  ou  on  les cite tous , ou on ne parle  de  personne ). Il  fallait , à mon  sens  la  limiter  à  la  période 1954-1962 , et  encore  prévoir  un  tableau chronologique  sous-jacent  plus détaillé (par  jour et horaires  de  l’évènement de  décembre 1960  lui-même ) du 9 au 16 ( fin des  premières  manifestations, car celles-ci auront des répliques quelques temps après  dans  diverses régions du pays ) et non 15 comme  il est dit , du  mois , et non plus  du 9 au 13 (durée correspondante  au  voyage  de  De  Gaulle). Le  mieux , méthodologiquement, aurait  été  de  scinder  le  tableau  en  deux  colonnes, l’une  du  point  de  vue  du  cours  de  l’histoire  algérienne  et  l’autre  française. En  tout  les  cas cette chronologie  , en tenant compte  de  ce  qui  a  été  déjà  fait , reste  une  tâche  importante   pour   l’histoire   nationale   à  mettre  à  jour  régulièrement  à  la  lumière  du  nouveau. Quand  à  la  phase  comprise   entre  1945  et  1954 , on  cite  par  exemple les évènements   du  8 mai  en  titrant « Sétif » uniquement ! Et on omet même la création de l’O.S et le formidable mouvement  d’agitation  sociale  ,  syndicale ,  politique   et  unitaire  en  essor  qui   débouchera   sur  le  choix   inéluctable  de  la  voie  armée , sans  parler  de  l’occultation  totale  de  celui  de  l’art  , de  la  culture  et  de  la  pensée  intellectuelle (  domaines  très  souvent  sous – estimés ) , avec  la foi  religieuse et qui  mûrissent la conscience  identitaire  nationale  et  nourrissent  l’affect  collectif . Les  slogans  et  cris  de  révolte , les chants  et  you-you…  qui   exaltaient  les  manifestants  en  sont  la  démonstration  palpable.(10)

5) La bibliographie indicative:                                                                                . Il  y’a  lieu  de  souligner  d’abord   la  priorité  d’une  étude  historiographique spécifique  à  l’évènement  de  décembre  1960 ,  la  plus  exhaustive  possible , nécessaire comme sorte  de bilan pour constater le chemin qui reste à faire.(11)                                                                                                  

Cette  bibliographie  indicative  citée  et  non  seulement  générale   (  qui  se rapporte  globalement  à toute  la phase  de  la guerre ) , mais  elle  néglige  des sources   essentielles  ,  algériennes  et  françaises ( à titre d’exemple  le journal El Moudjahid , le  témoignage  de  J.Morin – délégué général  du moment – , les  mémoires et publications de A.Ferhat ,A.Farés ,De Gaulle,M.Debré,L.Terrenoire  et des  principaux  partis  politiques  de   l’époque  comme  le PCA , le MNA…du côté  algérien , celle  du  MCP , du  FAF… du  côté  français , et  des  versions  de  témoins  oculaires ).Et  enfin  les  reportages  filmés  de  la  télévision  française, même  diffusés  encore  avec  parcimonie  par  l’I.N.A  ,  et  avec  des  censures  minutieusement  étudiées ! Ainsi  que  des  agences  de  presses  réputées  qui  ont  couvert  l’évènement en  direct , en rapport avec  la tenue de  l’assemblée générale  de  l’O.N.U  qui  devait  votait  le  15  décembre  1960 même , le droit      du   peuple  algérien  à  l’autodétermination  et  à   l’indépendance   nationale , démontrant  l’impact  médiatico-diplomatique direct  de  l’évènement , et cela  à  l’échelle  internationale . Ce  vote  devait  être  confirmé le 19 ( quatre  jours  après  ) , mais  diminué  , de  très  peu ,  de  celui   de  l’égide  de  l’organisation  des  nations  unies  pour  le  contrôle  de  ce processus , reflétant  le  poids  des  superpuissances  dans  le contexte mondiale  de  la  détente.(12)

6) Les illustrations iconographiques et d’archives:                                 Le  choix  des  deux  photos  de  la couverture  est  judicieux , mais il n’était pas nécessaire de les reproduire à l’intérieur  de  la revue à la  fin ( cela  devient  du remplissage  ) . Il  y’a  nécessairement  la   subjectivité  qui   intervient  dans  les illustrations par des coupures de journaux ;à mon  avis,il fallait  mettre d’autres de l’Ouest  et de l’Est – notamment Aïn Témouchent où  a  eu lieu le  9  le début des évènements – non  pas pour faire  de  l’équilibre  régional  en histoire , mais pour  montrer  que  tout  le  territoire  national  a été touché . Par  ailleurs  si  le journal ‘’le Monde’’ du 15 décembre  a été mis en relief au  lieu de  celui  du 13, on  aurait constaté que la « métaphore » : ( Diên Biên Phù  psychologique ) dite par  un  officier  de  l’armée  française  y  figurait. Et  si  une  coupure  de journal du 10  a  été reproduite dans la revue, on aurait aussi su que  De Gaulle n’a  pas visité  Tlemcen le 10 décembre 1960 , comme  il est dit  dans  la revue  et repris par les journaux,  mais  toujours  le  9  décembre  dans  l’après-midi. Le  recours  aux sources premières est primordial, au lieu de l’information de seconde main, même  si elle est donnée par d’éminents spécialistes, dans  la  reconstitution de l’évènement  historique  chronologiquement.(13)

 7) Réflexion succincte sur une approche de l’évènement.                                                                                   Personnellement  j’aurais conçu, avant toute tentative d’analyse rétrospective, une  reconstitution  approximative  de cet évènement historique exceptionnel , chronologiquement   du  9  au  16   décembre  1960  (  et  au – delà  suivant  ses répliques  et prolongements ), sur la base des principaux  faits marquants dans tout  le  territoire  national   avec   ses  retombées   politiques ,  diplomatiques , médiatiques   internationales… Et  cela  en  tenant  compte  de  sa  complexité , mais   de  l’angle   de   vision  de  l’histoire  nationale ,  sans  négliger  celui   de  l’histoire  française  .Aussi faudrait-il  prendre  une  certaine distanciation pour  le  plus  d’objectivité  possible , sachant  notre  net parti  pris.(14)

Il  faut  se  rendre  à  l’évidence  que  la  compréhension  de  cet  évènement historique  est d’une  portée  considérable  pour bien  élucider  l’évolution  de  l’après-indépendance  dans  le  cadre  de  l’histoire  nationale , notamment  la  réadaptation  de  la  politique  de  3éme  force  néocoloniale préconisée , à ne pas confondre avec celle de 3éme voie, auparavant  par l’Etat colonial ( et pas seulement  le  gaullisme  mythifié ) , et non  son  échec  total  comme  le laisse  penser  la majorité  des historiens  des  deux  rives  ou  le  feigne. Cette  force,  avec  ses  diverses  variantes , ne  s’était  pas constituée , pour  l’essentiel , en  dehors  du  FLN  comme  prévu  initialement, mais  à  l’intérieur de  son   Etat -Nation  et  de  ses  institutions  , même  névralgiques .Ce  cours  de  l’évolution  de  la  situation  politico – militaire  ultérieure  , a  été  surtout   déterminé  par    le  nouveau  rapport  de  forces  créé  par  les  luttes  de cet  épisode grandiose  de  décembre  1960 , par  la  nouvelle  stratégie  néocoloniale , et  les alliances contre-nature  des  diverses  factions des  appareils du  FLN-ALN  ( GPRA ) dans la course feutrée au pouvoir ,redynamisée  par l’évènement  décisif  lui-même, et  prélude  à  la  crise  ouverte (cafouillage) de  l’été  1962.(15)

Elle l’est aussi davantage  par rapport  à l’enrichissement  de  la  théorisation de  l’évolution  historique  , à   ce  stade  de  développement  de  la  modernité politique  humaine, pour la compréhension  du processus historique  en cours  dit « du printemps arabe »  qui  essaime pour  devenir méditerranéen  et  plus encore , avec sa forme tournante ( qui  ne trouve pas  encore étrangement un prolongement  en  Algérie ! ), et dont la réflexion  pluridisciplinaire  essaye  de  rendre   intelligible  le  cours  et  la  typologie.(16)

    La  théorie  des  alternatives dans le développement historique  trouve toute sa vérification  expérimentale  éclatante  durant  ce  demi – siècle , et  à  travers l’exemple des évènements de décembre 1960  en  Algérie. Ce qui a eu lieu dans la réalité est la résultante de plusieurs facteurs qui ont interagi ,  le mouvement avait fini par se frayer une brèche comme une nécessité,au travers d’une infinie multitude de contingences. L’issue finale se dégage  toujours  des  conflits  d’un grand  nombre   de  volontés ; il y’a  d’innombrables  puissances  qui  se contre – carrent  mutuellement ,un  groupe  infini  de parallélogrammes de forces , d’où ressort   une  résultante :  L’évènement  historique . Ce  qui  s’en  dégage  serait quelque chose que personne n’a voulu complètement comme il l’aurait projeté et  souhaité . Ici  se  combine  organiquement  l’objectif  et  le  subjectif  relatifs       ( comme  conditions ) , et  la  possibilité  alternative  se  transforme   en  réalité concrète  grâce  à  un rapport  de  forces socio-politiques nouveau  crée  par  le mouvement  conscient des  masses populaires , comme force  motrice  dans  le  développement   historique . Dans  le  cas  de  décembre  1960  , loin  de  toute  vision  simplificatrice  et réductrice , la  seule explication  possible ( à mon avis )   de l’orientation finale  des  contre-manifestations du peuple algérien est que le manipulateur  initial c’était  retrouvé  manipulé  malgré  lui , et  avait  dû  réagir férocement  devant  le  retournement  imprévu  de  la  situation  dans  un  sens différent  de celui qu’il  avait concocté en ‘’laboratoire’’. Et  cela  sans  que  son  adversaire   principal   ( le  FLN  et  ses  alliés ) l’aurait  mijoté  ou  programmé à l’avance. Mais son action avait consisté à ‘’récupérer’’ le mouvement de masse pour  lui  imprégner  une  orientation  différente  , grâce  à  un  bond  fulgurant  de  la  cristallisation de  la  conscience   collective  nationale ,qui  avait déjà bien mûrie au cours des luttes précédentes, armées et  politiques ,et  grâce  à  elles . Aussi   le  phénomène  de  la  rétroaction  spécifique  ( socio – psychologique  et politico-militaire ,  pourrait – on  dire ) avait  pleinement  joué  son  effet  sur  le  cours  final  des  évènements : Et  c’était  alors  qu’une  jeune  nation  moderne  s’imposa   par  de  hautes  luttes  ,  et  des   sacrifices  inouïs   de   sa  fine  fleur,     (  sa  jeunesse  énergique  )  sur  la  scène  internationale . Alors   qu’un   peuple  plein  de  vitalité  révolutionnaire  rentra  de pleins  pieds, dans  le  concert  des  nations ,par le biais de cette autodétermination avant  terme , et  cela  dans un  contexte   mondial   favorable  ,  et  un  rapport   de  force   serré  relativement . C’était   l’ouverture   d’une   grande   fissure  sur  la  voie  de  la  victoire  finale , même  un  peu  entachée , en  écho  lointain (presque six longues années)  à  la dynamique  de  dépassement qu’aurait  constituée  l’initiative de  l’insurrection  du   1er   novembre   1954  ,  et   en   couronnement   à   la  lutte   armée  rendue  inévitable  momentanément ( ce  mal  nécessaire  qui   guérit , dira  très  tôt  un   poète  populaire  méconnu) !(17) 

8) Analyse du résumé synthétique des quatre textes:                                                                                                                    Cette tentative  d’analyse  de  la synthèse  des  quatre  contributions écrites ne  concerne  que  des  points  essentiels relatifs exclusivement  à  l’évènement  de décembre   1960 (  je l’espère ) ; elle  n’aborde   pas  les  autres  aspects , même importants , liés à  la  guerre  de  manière  générale ,notamment figurants  dans les troisième  et quatrième textes , comme il a été souligné plus haut. Les  sous-titres  sont  repris  fidèlement  de  la  revue ,  comme  d’ailleurs  les  extraits  du

début  et  de  la  fin  de  chaque  contribution , et  donc  il  faudrait  se  référer à la  revue  pour lire  dans  les  détails  le  contenu  de  chacune  d’elles.

 A- [ Significations et portée de décembre 1960:                                                (Mohamed Harbi)                                                                                                                  «  Quel  rapport  vivant  peut-on  avoir  avec  les  manifestations  de  décembre 1960 ? . . .  En décembre 1960, la plèbe urbaine affrontait le problème national. Ce Problème est résolu. Reste celui de l’émancipation sociale… »](a)

B- [ Décembre 1960  en Algérie vu du côté gouvernemental français: (Maurice Vaïsse)                                                                                                                   «…Le mois de décembre 1960 est triplement décisif . . . mais  pour  la  première fois, une résolution qui reconnaît le droit du peuple  algérien  à  l’indépendance est   adoptée   par  l’assemblée  générale  par  soixante – trois  voix  ( dont   cinq membres  de l’OTAN), contre huit et vingt-cinq abstentions . » ](b)

   C- [ Les manifestations de décembre 1960 et la reconnaissance de la révolution algérienne:                                                                                                     (Hartmut Elsenhans)                                                                                                              «…Au moment des manifestations de masse du 10/11 décembre 1960 dans  les grandes  villes  d’Algérie , l’évolution  du  pays  vers  l’indépendance  peut – être considérée comme acquise , mais la forme que cette indépendance allait devoir prendre ne l’est pas encorePar la forme  du dénouement,les deux partenaires  confèrent de la légitimité l’un à l’autre dans leurs camps respectifs,la France  au  FLN dans le  monde   occidental  comme  porte – parole  du  Tiers – monde  dans  les  conciliabules  où  celui – ci n’est  pas  admis , et  le FLN  à  la  France  dans  le monde  non – aligné … » ](c)

 D-[ Les effets des manifestations de décembre 1960 sur les maquis algériens:    (Daho Djerbal)                                                                                                                       « Avant  toute  présentation  des effets des manifestations  de  décembre  1960 sur le rapport de forces dans les maquis et sur l’issue de la guerre de  libération . . . La  question  du  pouvoir  du  peuple ,de l’autorité légitime ainsi que  de  ses formes de représentation se posera avec acuité dans les deux années  qui  vont suivre . » ](d)

Commentaires sur les quatre contributions:                                                                                                                         a)-Iest très  pertinent  de  développer  une telle approche  qui  aide  à  tirer les enseignements de l’histoire pour le présent (et le futur)comme  le  fait  M.Harbi  à  l’instar de  la théorie  des  alternatives, sinon à  quoi servirait-elle ( l’histoire ) essentiellement ? Mais il sous-estime la manipulation  gaulliste du début  ( qu’il ne  faudrait  pas  non plus surestimer).Il  est vrai  que l’attitude  du  GPRA , avec  toutes  ses  tendances , paraissait  paradoxale  (direction du FLN-ALN installée à l’extérieur) et géra mal  de loin l’évènement. Il serait  intéressant d’étudier plus l’attitude du PCA(allié et soutien du FLN) et du MNA(adversaire et rival du FLN), en  plein  action  pendant  les  manifestations de décembre 1960 . ‘’ L ‘existence d’une  politique  du  peuple ’’ n’était pas  l’apanage du PPA ( dont  l’auteur était membre ).Pendant  la  guerre d’indépendance,le désespoir de l’action politique des  masses  urbaines  s’était  installé  après  ‘’la bataille  d’Alger ‘’, et  c’était  le travail  conjugué  de  l’ensemble  des  forces  politiques  patriotiques au sein du FLN-ALN et autour de lui qui avait permit ce sursaut du peuple algérien,loin des tenants  de la vision militariste.L’ordre de  tirer  sur  les  manifestants  algériens  pro-FLN  était   venu  directement  du  délégué  général  gaulliste , comme  il  le  reconnaitra   lui  – même . La  décision  d’arrêter  les  manifestations  annoncée  par  le  président  du  GPRA  ,en son nom, a été mal ressentie par les algériens , et  arrangea  les  dirigeants  des  deux  camps qui partageaient  au  minimum la position de  non radicalisation du mouvement  à gauche (mais pas à la cubaine, issue  à exclure  parce que  les  conditions  étaient  totalement  différentes ). La  France  en  février  1960 ,  et  justement  en  décembre   1960   expérimenta  sa bombe atomique, et cela en territoire algérien (au Sahara),  créant  un  rapport de force inédit dans la région face à l’URSS  grâce à  l’aide  américaine. M.Harbi oublie cet aspect lorsqu’il  avait  bien  restitué  le  contexte  de  l’année . Il  faut  reconnaître  que  le camp ennemi se disloqua davantage , au moment  où  celui des algériens  s’unifia  davantage, ce qui favorisera  la  victoire  finale. Il est plus  judicieux  de parler de troisième orientation, et  non  voie, (non  complètement assurée encore).L’auteur a certainement voulu parler de l’échec de la troisième force , à distinguer  du concept  de troisième voie. Mais  cet  échec, à mon avis , n’est  vrai  que dans la mesure où l’objectif  ne  s’était pas réalisé en dehors du FLN-ALN;par contre il l’avait été partiellement à l’intérieur de celui-ci à partir de l’année  1961 ( c’est la thèse que nous défendons ). Même  la lutte au  sommet pour le leadership et la zizanie par tous les moyens ont été aiguisées davantage par  les  services  spéciaux  français  dés ce moment profitant du jeune âge de la majorité des dirigeants.Le concept de plèbe urbaine  ( qui  apparait  en filigrane dans toute l’analyse de l’éminent historien )n’est pas pertinent , à mon  humble avis, dans le cas de décembre 1960 ;c’est tout un peuple en majorité  qui s’était soulevé contre une domination étrangère et l’oppression coloniale.

b)- Ce  qui  est  fort  intéressant  c’est  la  présentation d’un document d’archive (source) comme base pour une analyse. Mais c’est la politique française qui  est abordée  exclusivement par M.Vaïsse , dans ses aspects apparents . Il  se  limite au  commentaire  du   télégramme  , en  se  référant   parfois  et uniquement   à    De Gaulle  dans  ses  mémoires. Cet  auteur  admirateur  du  fondateur  de  la  V république ,  avec  toutes  les  possibilités qu’il a d’accès aux archives en France, après 50 ans passées , veut nous faire partager ses propres convictions  comme quoi De Gaulle(a modifié son approche de la solution pour mettre un terme à la  guerre d’Algérie). A notre  avis pas fondamentalement; jusqu’à décembre 1960  il préconisa la création d’une base de masse à la troisième force . Il  était même question  de  mettre  sur  pied  un  gouvernement  secret  à partir des fameuses ‘’ commissions d’élus ’’ en  début  d’automne  1960 , et  se  sont  justement  ces manifestations  qui  vont  lui  faire  changer  d’avis ,sans  perdre  tout espoir  de noyauter l’ALN-FLN et de décimer son aile radicale.C’est le peuple algérien dans son  immense  majorité  qui  avait  plébiscité  le  GPRA ,que  De  Gaulle  et l’Etat français  n’ont  jamais  reconnu  de  jure , il était obligé de reconnaitre le FLN et faisait tout pour lui adjoindre le FAAD , issue du MNA ; comme  il  avait tout fait pour  séparer  le Sahara , où il projetait de créer un Etat fantoche avec à sa tête le  président  du  conseil  général  des  Oasis  Hamza  Boubakeur  , qui  lui  avait reproché cette concession, après continuité de la lutte armée mieux  combinée à la lutte politique avec les manifestations contre la  partition de juillet 1961 et celle  d’Octobre  1961 à Paris contre les ratonnades .Et pour arriver à ses fins, il tenait  à  ce  que  le  référendum  d’autodétermination  votait  le 15  décembre  1960  en  plein manifestations , ne  se fasse  pas  sous l’égide de l’ONU.C’est  ce qu’il avait obtenu grâce justement au vote des Etats nouvellement  décolonisés de  l’Afrique française ( drôle d’indépendance que voulait De Gaulle  à l’Algérie aussi !) et ses alliés de l’OTAN.Il est vrai que le fossé s’était agrandi  entre lui et les tenants attardés de l’Algérie française (fafistes donnant naissance à l’O.A.S), mais  l’objectif  stratégique  était  de  maintenir  l’Algérie , à  l’instar  des autres colonies  d’Afrique  dans  le  giron  de  la  France ,sous  une  nouvelle  forme  de dépendance néocoloniale dans sa sphère vitale.Dans le cas algérien singulier de par  sa  lutte  armée  et ses sacrifices inouïs , son mouvement de libération , ses soubassements civilisationnels…et les rapports  de forces créés , l’ex. puissance coloniale n’a pas la même influence, mais continua de déstabiliser le jeune Etat indépendant par tous les moyens, dont  ‘’le parti dit de la France’’ issu de cette troisième force.Il est enfin temps de faire le vrai bilan de l’après-indépendance, mais dire que c’est grâce à De Gaulle qu’on a eu la liberté,c’est faux et honteux.

  1. c) Cet éminent spécialiste voulait certainement parler de la fin  des  structures colonialistes et non néocolonialistes grâce à décembre 60 ;la même occultation de la manipulation du début est développée . C’était le 9  de l’après – midi  que           De Gaulle prononça son allocution à Tlemcen , et c’était à Téleghma le 12  qu’il devait faire ce second discours.C’est très juste de mettre en relief le constat fait par De Gaulle d’une nation algérienne, même en niant à son peuple  sa prise de conscience précoce.Il est faux de dire que la France renonça à son rôle d’arbitre et se limita à celui  de  défendre ses intérêts,elle prétendait aux deux comme le prouve  son  acharnement  contre  le  second vote qui devait déterminer l’ONU, pour chapeauter le scrutin ,le 19 décembre 1960. Alors qu’avant ,l’objectif  non déclaré  n’était pas la mise sur pied des fameuses ‘’commissions d’élus’’ en soi , mais  comme jalon à un gouvernement  ‘’franco-arabe’’ parallèle ,en misant sur  la  dislocation du GPRA , et gagnant  sa fraction dite modérée ,en le coupant  de sa base (force) militaire de l’intérieur.Avant décembre 60,la France concevait la politique de ‘l’Algérie algérienne‘ toujours en dehors du FLN.Ces manifestations constituent la victoire de tout le peuple algérien et ses forces patriotiques ,sous la  direction de l’ALN-FLN  sur le plan politique, diplomatique  et psychologique. Aucun amalgame n’est possible avec Diên Biên Phù (défaite militaire de l’armée française);il y’a eu défaite globale des forces colonialistes.Quant à la prétendue défaite militaire de l’ALN,elle était illusoire,et confondue  avec l’affaiblissement momentané.L’évolution de l’opinion publique française avait dû peser après les manifestations du 17 octobre 1961.Elsenhans reconnait à la France la poursuite d’une  stratégie  néocoloniale , qui  avec l’accès à l’arme nucléaire , n’avait  plus intérêt  géostratégiquement , pour  subvenir à  une  lourde  et  durable  Que  signifie  victoire  de  la  France sur elle – même en parlant de conditions du virage  déterminé par décembre 60 ?Victoire de ses forces anticolonialistes oui, avec les peuples algérien et français, sinon c’est de la mystification ! Idem pour l’adversaire  capable  d’apprendre ! Le  colonialisme a toujours  été un mauvais élève  selon le chef  victorieux  de la bataille de Diên Biên Phù , le Général Giap. L’auteur  déborde   sur le sujet  dans  ses  conclusions , lui qui est un très grand spécialiste  de  la  politique  française  ,en étant éloigné de l’histoire algérienne, mais nous ne partageons pas  toutes ses déductions sur la politique  gaullienne et mitterrandienne , à laquelle  il trouve une forme de tiers-mondisme ! L’issue finale a été un compromis  imposé par le rapport de forces , qui avait engendré dans les deux camps des opposants acharnés . La politique suicidaire de l’O.A.S et  la menace fasciste qu’elle avait fait peser contre la métropole , l’unité  et  la cohésion  relatives  du peuple algérien,malgré les dissensions ont le plus influé.
  2. d) Le titre principal de cette étude aurait été , à mon avis , celui d’un sous-titre ‘’ La  dimension historique et les effets des manifestations de décembre 1960 ’’. Il  est  pertinent de relever la question du sujet principal qui est le peuple, dont  le rôle resurgit , et de la lutte politique qui reprend le devant . Et  très  juste  de  noter en premier lieu,tout le chamboulement du dispositif militaire ennemi qui desserra   l’étau  sur  les maquis  affaiblis par le plan Challe.Ce n’est pas avec  le mot d’ordre  gaulliste de la troisième force ‘’Algérie algérienne ‘’que le  rapport de  force  bascula  au plan  politique , mais  celui  de ‘’ Algérie  indépendante  et musulmane ’’. A  Alger , à  titre  d’exemple  , c’est le  FLN – ALN  qui  récupèrera  les manifestations initiées par les officiers des SAU, en usant d’une ruse pour se frayer le passage  lors des barrages de CRS , celle de brandir les banderoles pro-gaulliste ;et une fois passé, les meneurs  sortaient calicots,drapeaux…propres à eux . D’ailleurs  l’effet  de  ces derniers sur les forces de l’ordre a été immédiat : Tirs à bout pourtant sur ordre de ceux qui ont poussé les algériens à manifester contre les fafistes de‘’l’Algérie française’’.Mais jamais il n’y a eu de mot d’ordre écrit ‘’vive l’Algérie arabe’’,repris par les manifestants,mais ‘’musulmane’’ avec  le sens du terme de l’époque (statut personnel). Le bilan officiel  des victimes a été en-deçà de la réalité à Oran, Alger,et Annaba etc.depuis le début jusqu’à la fin. Pour le Sahara, le FLN-ALN avait directement appelé à manifester en juillet 1961 contre la partition. Il est  vrai  que  cette  stratégie  d’Etat  avait  déjà  été  envisagée depuis 1956-1957. Mais si décembre 1960 signifia  la fin  inéluctable de  l’Algérie française , la crainte  de  mettre  hors – jeu  le FLN plébiscité par le peuple aussi n’avait  pas  lieu d’être, mais bien celle d’infléchir son orientation en  l’infiltrant de l’intérieur. Et  notre  peuple  avait  pris  en  main  son   Nous partageons  le  souci  de  l’étude  de la  période qui  suit  à la lumière de  la  description  faite  en  conclusion , et  la  problématique  fondamentale  de   la  souveraineté  populaire  usurpée. Décembre 1960 démontre  que  c’est  la majorité du peuple algérien qui avait arraché  notre indépendance nationale, après d’immenses sacrifices, sous la direction de l’ALN-FLN en tant que large front anticolonialiste. Et c’est bien la France  qui  avait favorisé le système du parti unique, paradoxalement, à l’instar du reste  de ses ex. colonies, comme     le reconnaîtra l’un des chefs  de la DGSE  qui avait  eu  accès  au  dossier  des archives  ‘’des réseaux Foccart’’, et  le  système  de  la corruption  dissimulée comme ‘’des affaires privées’’ dans un  univers  parallèle  du  renseignement      qui  se dispute sur l’influence  avec  les structures  officielles. Cette  stratégie néocoloniale avait toujours été menée, en Algérie, de manière plus masquée qu’ailleurs. Mais on ne dicte pas à l’histoire , parfois imprévisible, son cours, comme on a essayé de le démontrer à travers notre approche.

En guise de conclusion:                                                                                   Toutes  ces  lacunes  sont  certainement  dues  à  l’échéance  de la  publication, alors  que  le  principal  souci  de  la  rédaction  aura  été de  marquer le 50éme  anniversaire   de  l’évènement . Je  n’ai   certainement  pas  tous   les  éléments  pour   m’expliquer  toutes  les  failles  constatées  dans  ce  numéro   spécial  et  hors -série  de  la  prestigieuse  revue  « Naqd » , et  qui  en  principe  avec  une  révision – correction ,  surtout  d’un  historien  assez  averti  que  Daho  Djerbal,      n’ y  auraient , sans  aucun  doute , pas  figuré . La  précipitation  est  le  facteur  principal  de  l’erreur  humaine  en  recherche , et d’ailleurs  en  tout  domaine, sans  négliger  la  contrainte  des  moyens , à  moins que ..? Il  s’agit  de  mettre  à  jour  ce  numéro  hors – série  consacré  au   cinquantième   anniversaire  des manifestations  de  décembre  1960 , lors  d’une   éventuelle  réédition , et cela en  tenant  compte  des  diverses  remarques  et  critiques  justifiées  ; et  aussi penser à la création d’un  magazine périodique d’histoire à large public.(18)

          Aïn Témouchent – Oran, le 09 décembre 2011.        Boumédiene LECHLECH       (Chercheur-Historien)              

 

Notes et références                                                                                                                                                                                  *Cette étude rentre dans le cadre de l’histoire du renseignement algérien encore balbutiante. L’auteur n’est pas  partisan  de  la conception policière de l’histoire qu’il trouve même dangereuse, mais pense qu’à  chaque facteur il faut donner sa juste proportion.Le pouvoir d’Etat politique  depuis la nuit des temps use de  services spéciaux  dont  l’action  en  progrès constant  est  secrète et  déroutante , et  mérite l’attention  de  l’historien comme  toute  autre  forme d’action de masse , médiatique , diplomatique , militaire , politique … Et  c’est  la sous-estimation de l’étude  de  l’histoire de  la fonction  secrète qui  serait étonnante  pour  la compréhension globale  du  passé , en éclairant  au  maximum ses multiples énigmes et  sa  face  cachée . C’est  tout  l’art  du métier  d’historien qui  doit  bannir  «  la  théorie  ou  plutôt   le  mythe  du complot  » ,  sans  négliger l’étude scientifique de « l’iceberg de l’histoire » qui  relève des  méthodes du monde de  l’espionnage et  du  contre -espionnage , des hommes de l’ombre comme on dit dans leur propre jargon.                                                                                                                                                                               Si l’expédition colonialiste française a eu son «Vincent-Yves Boutin » précurseur de  l’Algérie française  et des réseaux qui ont continué l’œuvre napoléonienne; la phase néocolonialiste a  eu aussi  son « Jacques Foccart » précurseur de l’Algérie algérienne et ses réseaux qui ont mis en application la stratégie gaullienne en  Afrique et dans le monde arabe, dont l’Algérie ne fait pas exception, malgré son cas spécial dû a la  radicalité relative de sa révolution armée et populaire. Néanmoins  l’historien  algérien  doit-être  suffisamment «vacciné» pour  faire  face  à  une  sorte  de  « bleuîte » permanente  que  poursuivent les relais  de  la  politique néocoloniale.     Il  est encore tôt de  croire  éclairer toutes  les  facettes de  décembre 1960 , ses causes et ses conséquences; car  en  plus  de  la  grande  manipulation  dont  avait  fait  ,  et  est  encore  l’objet  l’évènement  historique ,            des   sources  primordiales   demeurent  inaccessibles aux  historiens  aussi  bien  en  France  qu’en   Algérie .      Alors que d’autres ont carrément été détruites ou perdues. En plus de  la dominance des faux témoignages, des  non – dits  et  la rétention  systématique d’information, consciemment ou  par excès , qui  brouillent  les pistes  de  la  recherche  historique. C’est à partir  de ce moment que l’Etat français va (dans  le  cadre  de la politique dite de 3éme force réadaptée à cause du plébiscite populaire du FLN , c’est-à-dire réalisée au sein des cadres embryonnaires de l’Etat – Nation naissant) en Algérie faire asseoir les premiers jalons de réseaux dormants , dans  le  cadre  de  sa  politique  secrète  en  Algérie ( qui  seront  réactivés à  diverses  périodes ,           et de manière spectaculaire jusqu’à trente  ans après l’indépendance pour certains , et après…).                          

1)   Je  fais allusion aux deux contributions volumineuses de Hartmut Elsenhans et  Daho Djerbal.Peut-être qu’il y’a eu défection, que j’ignore, à la dernière minute d’autres historiens et la rédaction  s’est vu  obliger   de procéder ainsi pour combler le vide.                                                                                                                                                                                                    .      La revue « Naqd » elle-même étant née en 1990 , et c’est un véritable exploit qu’elle a pu tenir jusqu’à aujourd’hui  en  maintenant  son  autonomie  et  sa  rigueur  scientifique pour l’essentiel, dans un  contexte infernal, celui de la décennie rouge du terrorisme islamiste.

2)   Il est vrai que l’histoire évolue avec des rivalités et contradictions dans le même camp. Il n’y’a qu’à voir les  controverses dont  avait fait l’objet le dossier des  faux  Moudjahidines, qu’expliquent la lutte  pour  des parcelles  de  pouvoir, le bénéfice  de  la rente, l’itinéraire passé honteux pour les descendants…Et pourtant c’était la majorité du peuple qui avait fait basculer l’histoire en décembre soixante et après.                                                                                                                                 .     Ce sont les divergences et  clivages postindépendance ,ainsi  que les règlements de compte et l’esprit de revanche  ( et de vengeance ) politique  qui  expliquent  les  tentatives  de  falsification de  l’histoire  avec  la volonté de détruire l’adversaire du moment, en essayant de lui ôter toute  légitimité et crédibilité.                                                                                                                                                                           La falsification concerne en particulier les communistes algériens dont l’apport à la guerre de libération nationale a  fait l’objet d’une omerta malgré leur mobilisation au sein de L’ALN et autour du FLN-GPRA .Les messalistes qui eux se sont effacés, il est vrai tardivement au profit du FLN en  1961  pour  les  négociations, après  une  lutte  fratricide  meurtrière , et  cela justement grâce  aux  évènements de  décembre 1960 , ont  étés confondus , à tord en bloc ,  avec  les membres du  FAAD ( initié  par  le  SDECE ) , autre  variante de  la 3éme  force  néocoloniale .Les plaies de  la  lutte  intestine  encouragée par  l’ennemi ,encore fraîches,n’ont  d’autre   cure  que  le  temps.Mais la  ‘’réhabilitation’’ tardive du leader Messali Hadj a toujours  fait l’objet d’instrumentalisation à  des  fins politiques et de  pouvoir.                                                                                                                                                                                                .    Beaucoup d’éléments de la 3éme force se sont vus attribuer des attestations communales de Moudjahid et  des  responsabilités à  tous  les  niveaux et  dans  tous  les  domaines (administration, forces  de sécurité, politique), même à l’échelle centrale de la S.M.                                                                                                                                                                                           .    Des personnalités politiques algériennes s’abreuvent encore dans leurs écrits du  venin  de  divers thèmes d’intoxication des « bureaux arabes »truffés d’agents secrets , et hérité  par le SDECE , pour tuer  et  éteindre tout esprit de résistance chez les autochtones contre le colonialisme.                                                                                                                                                                          .    – Des anciens du MALG, use de titres sensationnels qui ne correspondent qu’à un chapitre souvent de leurs livres -itinéraires , mais ne livrent que quelques secrets de ce qu’ils savent du passé négatif , et débordent sur l’information de seconde main sur des situations qu’ils n’ont pas vécu directement.Cette démarche dénote la persistance  de  l’autocensure , alors que  la  jeune génération n’ ingurgite  que  la  version  des  historiens de l’ennemi d’hier sur les sujets tabous qui lui n’est pas avare du tout pour faire des révélations fracassantes, et cela avec sa propre interprétation bien maquillée des faits où la stricte rigueur scientifique fait défaut.                 

3)   L’accès aux sources archivistiques pour la période de la guerre de libération nationale (1954-1962)  est devenu quasi impossible, alors qu’il y’avait eu une petite ouverture en 1989, vite refermée à cause dit-on du problème des anciens collaborateurs et  leurs descendants ! Comment dans ce cas pouvoir travailler pour les historiens de cette phase importante dans l’autonomie de la recherche historique ?! Et que dire  de  certaines archives de l’ALN, devenues celles de l’ANP, comme par exemple les commissions mixtes de  cessez-le-feu..?                                                                                                                                                                                 .    Les exemples de ce genre de personnes ne manquent pas , parfois de hauts responsables, qui mettent leurs  noms  sur  des  ouvrages  et  d’articles à  base d’archives dont ils  ne sont pas auteurs réellement, et d’aucune valeur scientifique  du  point  de  vue  méthodologique. On  cherche  des  titres  de  gloire  qu’on n’avait pas pu acquérir par l’exemple de l’engagement vivant ! Allah yerham Echouhada El Abrar.                                   

4)  L’interview de l’ex. Président A.Benbella, et  la  controverse qu’il a  soulevée en est  l’illustration parfaite, mais non  isolée (d’autres zizanies publiques médiatisées et  faits le démontrent) dans  ce  contexte  précis  du « printemps arabe »  que l’Occident cherche à récupérer à son profit  .Et  le  prétendu  journaliste  de  « Jeune Afrique » nous rappelle Yves Courrière l’agent de l’ex.SDECE, qui  est  devenu une référence de  notre  histoire   nationale  manipulée!Comme quoi  « nous somme capables de  manipuler même votre  histoire et mémoire »  (lointaines ou proches), nous disent-ils ! La couverture du journalisme est devenue classique.                                                                                                                                      .   – La  presse  nationale  avait rapporté ,dans ses colonnes ,des incendies bien déguisés d’archives de mairies liés aux attaques des GIA un peu partout sur le territoire national  pendant la décennie 1990 . Alors  que  des cas de pertes d’archives , par divers procédés , sont à signaler auparavant comme le savent des historiens et archivistes algériens qui ont travaillé sur le terrain.                                                                                                                     .   – Les universités françaises ont  souvent délivré avec beaucoup de complaisance des diplômes, même à des « marsiens », sachant qu’ils ne vont pas s’établir en France,et qui n’ont parfois même pas de BAC,ni d’ailleurs  de niveau intellectuel ; l’institut d’histoire d’Oran en fournit des exemples.Elles ont été ensuite suivies par les concurrents anglo-saxons.Le système universitaire rentier algérien a fini par absorber la minorité compétente et  la  dompter, alors  que  le  terrorisme  islamiste et  la mafia politico-financière en avait  décimé une  bonne partie, pendant qu’une autre  frange avait déjà choisi l’exil ou l’auto-marginalisation (l’exil de l’intérieur).           .    L’auteur de cette petite  étude est lui – même une victime de ce système de parrainage et  de  cooptation. Major de  promotion, il avait  été privé de la bourse  à  l’étranger . Enseigna à  l’université d’Oran  en qualité d’assistant  pendant une  année (1986) ; il rencontra  d’énormes difficultés pour  passer  en  deuxième année magister, malgré sa note en-dessus de la moyenne, et fut éliminé par une machination diabolique  du  doyen de l’institut en 1988/89 , président de l’union nationale des historiens du temps du parti unique(terminant sa carrière  politico-policière comme sénateur) , en connivence avec  le directeur de l’institut membre du majliss achoura du FIS de Mascara…Il a  fait un recours qui est depuis plusieurs années auprès du recteur / président du conseil scientifique de l’université , et a demandé en vain une  audience depuis  plus  d’une année et demi auprès du ministère .. ! Alors que d’autres ont eu leur doctorat d’Etat sans avoir eu leur BAC ,  par le  système de  l’habilitation sans travaux  préalables réels transgressant tous  les textes … grâce  au  nouveau  président coopté de l’U.N.H  introduit partout (y compris dans l’organe de recherche sur l’histoire du M.A.M)!(Résumé)           .   Prenant l’exemple de l’évènement en question (décembre 1960), et malgré la date qui nous en sépare,les archives ( écrites ou  filmées ) ne  sont  pas  communiquées .On  manipule même le  film , en nous  montrant quelques séquences pour exhiber le courage des ultras et la peur des musulmans (qui se sauvent) ! Pourquoi le film des évènements n’est pas montré dans sa totalité ? Même Jean Morin qui fait des révélations pour la première fois sur les mesures gouvernementales secrètes en tronquant des faits, minimisant d’autres…saute carrément par-dessus la nouvelle stratégie d’adaptation de la politique de 3éme force, et  de  noyautage du FLN-ALN , il  feigne sur le  rôle  joué  par  les  services secrets  français  avant, pendant et  après l’évènement.    Son objectif est de justifier à postériori la politique gaullienne contre les deux « extrémismes »…                               .   – On a même entendu parler  de la tentative  de création du parti  RAAD dans  la  décennie 2000  par  des descendants  d’anciens du FAAD , conscients du passé de leurs parents ! Sans  parler des alliances au sein du pouvoir et  de « l’opposition » avec  la classe politique  française  nostalgique de  la colonisation. L’adoption d’un  texte  de  loi  par  le  parlement algérien  condamnant  la  colonisation  a  fait  l’objet d’obstruction  de toutes parts, surtout d’officiels très-haut placés ! Ne parlant pas du vide juridique sur la question des harkis.                                                                                                                                                            – Cette guerre psychologique est menée par un  nombre considérable d’associations de  harkis et leurs fils, celles des anciens de l’OAS … et cela sans compter les institutions, les médias…et leurs relais chez nous.            .   – Le général Maurice Faivre,spécialiste en histoire du renseignement,en est le chef de file apparent, ancien officier métropolitain  de  la guerre  d’Algérie  ( non gaulliste ) , auteur  de  plusieurs études  et  ouvrages  sur  l’Algérie , aux analyses et conclusions partiales , mais bien présentées dans la forme et le style.                                       

5)   L’auteur  s’appuie  ici  sur  l’expérience vécue  de  l’institut d’histoire d’Oran, dont est issu l’ex.président        de  l’organisation  nationale  des  historiens , coopté  bien sûr , et  son  remplaçant , et  pas  moins  de  deux sénateurs ! Et qu’ont-ils produit à l’Algérie par rapport à ce qu’ils bénéficièrent de  la rente ?                                                                                              

6)    En 2004  , lors  de la campagne électorale des présidentielles , on avait même vu  le  slogan ‘’ De  l’Emir Abdelkader à Si Abdelkader‘’!, alors  que  Saïd Saâdi , qui  aspire  à  devenir président de l’Algérie , dans son ouvrage  sur  le  Colonel Amirouche écrit : ’’ …Nous avions entendu parler d’un certain Abdelkader, qui avait essayé de résister avant de se rendre et devenir l’ami de la France ; on nous avait aussi chanté El Mokrani et Cheikh  Aheddad , qui  s’étaient battus  jusqu’à la mort  lors  de  l’insurrection de 1871…’’  !!  Cette  position  politique sur l’Emir Abdelkader est partagée entre lui et Hamza Boubakeur dans son livre sur Sid Echeikh.                                                                                                       .     L’un des grands mythes est celui de Massinissa , roi vassal intronisé par le sénat romain , dont  le nom figure dans nos chartes nationales. (Gabriel Camps, M’hamed H. Fantar, François Decret, M.S. Ghanem …).                                                                                                                                                   .    Le  cas  le  plus  en  vue  est celui de Messali Hadj dont M.Harbi avait mentionné dans ‘’Les archives de la révolution algérienne’’ un rapport inédit qui aborde le sujet de la 3éme force dont la variante du FAAD, issue du MNA et dénoncée par lui-même vers juin 1961, et les leçons des manifestations de décembre 1960.                                                                             

7)   Se sont les fafistes(première force)qui avaient appelé à manifester contre De Gaulle avec le mot d’Ordre  principal  de : ‘’  Algérie française , A bas De Gaulle ‘’, alors que l’ALN-FLN (GPRA)constituant la seconde force avait comme principal mot d’ordre ‘’ Algérie musulmane et indépendante ‘’, et la  troisième  force  avait  son propre  mot  d’ordre  suggéré  par  les gaullistes ‘’ Vive  De Gaulle , Algérie  algérienne ‘’. Le  colonel  François Coulet, directeur des affaires politiques,était derrière cette dernière (voir Maurice Faivre-général-Les archives inédites de la politique algérienne, Editions l’harmattan, Paris 2000, p.53)                                                      .           Même  au  Vietnam  il  ne  faut  pas  trop  exagérer la  victoire  militaire  historique  qui  avait  pris  cette dénomination ; le peuple vietnamien avait  dû  faire  encore de  plus grands sacrifices pour son indépendance  et combiner luttes  politiques , diplomatiques et militaires contre  les  américains qui avaient pris le relais des français. Toujours le triomphalisme fait baisser la vigilance politique et la garde.                                           

8)  Voir les deux textes directement dans le numéro hors-série de la revue ‘’Naqd’’.                                                       

9)  – Mohamed Téguia , en dehors  de  ses livres  sur  l’ALN et  la guerre de libération avait consacré l’une des meilleures études spécialement sur  les manifestations de  décembre 1960 , non  mentionnée dans ce numéro spécial ! Lui  qui  était  officier de  l’ALN  prés  d’Alger , avant  de  devenir  historien , les  considéra comme un troisième front des villes ayant joué un rôle décisif à juste titre .Mais à mon avis personnel , il sous-estima un peu la manœuvre gaulliste en abordant la problématique  de  la  spontanéité.Il  ne  parla  pas non  plus  de la poursuite de la politique de troisième force sous une forme secrète , suite à son échec cuisant dû justement à l’intervention populaire .Avait-il tous les éléments nouveaux dont nous disposant avec le recul suffisant ?                                                                                           .    Voir  les contributions  de  Bachir  Hadj  Ali , l’un  des  principaux  acteurs  directs  du  PCA , en  espérant attendre  les témoignages plus  détaillés de ses compagnons  sur  l’évènement qu’ils avaient vécu ensemble aussi  , pleinement sur  place  à  Alger, en compagnie de  Camille et  Lucette Larribère, Jacques Salort…        Les  mémoires encore inédits  de  Mahmoud Latrèche le  kominternien algéro-palestinien (que  je  découvre récemment) nous  révèlent le rôle  important  d’un  dirigeant communiste chevronné, en  plein  cœur  de  la  Casbah  d’Alger, dans la direction politique du mouvement de masse. Alors que  Bachir Hadj Ali  s’inspirant   de cet grandiose évènement produira ses ‘’Chants pour le 11 décembre‘’ (magnifique recueil de poésie).                                                                                                                                                                                                              10) Déjà qu’il  faut  parler  de  mort au combat et non simplement mort des colonels Amirouche, Si Haoues,     Si M’hamed, mais ne pas se limiter à eux, il y’avait avant eux Benabdelmalek Ramdane, Didouche Mourad , Zighout  Youcef, Mostefa Benboulaïd, Larbi BenM’hidi … Et après eux Lotfi , Faradj, Si Mohamed, Si Tarik… (Tous des officiers supérieurs de l’ALN).                                                                                                                        

11) Ce  numéro  aurait  gagné  en  qualité  en  consacrant  une  contribution  spéciale de  reconstitution  de cet évènement. La chronologie est importante pour saisir l’enchaînement des  faits  (entre  causes  et effets).       .   – On  note , bien  sûr  à  notre   connaissance , l’absence  d’une  étude  historique  académique sur  le  sujet . Alors que  notre  travail d’investigation de terrain se limite à  la région  de  Sidi Bel Abbés  et  Aïn Témouchent d’où  sont  parties  les  manifestations . Nous   y  reviendrons  par   une   contribution  spécifique , et  avec des  révélations étonnantes  de  faits  inédits  pour  démontrer concrètement l’émergence d’un segment du noyau dur de  la 3éme force néocoloniale qui prendra une dimension nationale à l’indépendance du pays.                                                                                                                                                                   .   Il y’a abondance d’articles de presses  sur l’évènement depuis son éclatement à aujourd’hui , et de petits chapitres  dans les divers livres d’histoire sur la guerre de libération.Une petite étude  titrée  ‘’cri de révolte’’ lui a été consacrée par un ancien du MALG ( M’hamed Yousfi ) , et deux tomes  de Hamouma Hocine  qui  lui s’improvise  en chercheur en histoire , mais où il dérape complètement , par absence de rigueur  scientifique    et  de méthodologie dans  le traitement de l’information journalistique et  des  témoignages ( du plagiat  et beaucoup de faux )’’les enfants de décembre’’. Mohamed Freha, qui s’est approprié  les archives de  l’ONM,  dont il était  un moment responsable, s’appuyant principalement sur  un  journaliste, publiera  en  2013  un    livre plagié titré ‘’ Décembre 1960 à Oran’’.Toute prétention ne peut remplacer le métier et la vocation.                                                                                                                                                                                 

12) Il est certain que des sources essentielles(policières)restent inaccessibles aux historiens sur l’évènement, pourtant c’est un demi – siècle qui vient de s’écouler depuis.Elles sont primordiales parce que non destinées à la propagande, mais au pouvoir. Celles du MALG sur l’évènement aussi ne sont pas connues.                                                                                                                                                     .      Ce n’est pas sous l’auspice de l’ONU qu’a eu lieu l’autodétermination ( à cause du vote  négatif des Etats africains satellites de la France , des USA…),mais l’Exécutif Provisoire créé par l’Etat français lui-même avec à sa tête Abderrahmane Farés(l’un des chefs de file de cette troisième force néocoloniale)désigné par De Gaulle  et présenté comme prisonnier politique fraîchement sorti de prison dans un scénario parfaitement tissé par le pouvoir et le SDECE.Nous  émettons  l’hypothèse  que  ce  personnage  membre de  la  SFIO  ( ex. président de l’Assemblée Algérienne) joua le  premier  rôle (double) dans  l’opération ‘’Tilsitt’’ dite affaire ‘’Si Salah’’. Alors que Salah Bouakouir , dont  le président chahid M.Boudiaf avait débaptisé le boulevard, lui était très lié .Il est étonnant que  des  cadres  de l’ex.MALG le présentent comme pro-FLN  avant décembre 1960,et sa mort reste  accidentelle, comme avait  témoigné son collaborateur au  gouvernement général, René Mayer, en  clarifiant son parcours, ses positions et son choix dans sa réplique à Mourad Benachenhou.                                                                                                                                 

13) Une  revue  adressée  au  large  public  devrait être plus illustrée par des photos et documents , avec des commentaires.Ce sont aussi des sources qui parfois sont plus parlantes et significatives, en s’assurant qu’elles ne sont pas des faux fabriqués, et il y’en a plein sur notre guerre d’indépendance nationale.                                                                                                 

14) On  aborde  si  souvent  aussi  bien  les  causes que  le  contexte  et les  conséquences beaucoup plus que l’étude de l’évènement en lui-même, en raison de la difficulté à bien le cerner faute  de  sources fiables.                         

15) Si  les  manifestations  populaires  de  décembre 1960  ont été  un tournant décisif pour  l’indépendance nationale  sous  la  direction  de  l’ALN-FLN  historique , et  un  échec de  la troisième force  en  dehors de  lui , l’euphorie  triomphaliste  va  masquer  l’infiltration  de  cette  force qui va  prendre en fin 1961 , les rênes  du pouvoir  local  aussi  bien de  l’ALN  que  de l’OCFLN  (dite  O.P.A  par les services de  l’ennemi) dans la  région    d’Aïn Temouchent , après avoir  liquider  physiquement les cadres  les  plus  politisés dans des pièges montés avec  les  diverses  structures  de l’armée française (2éme bureau, secteur militaire, SAS…).Et cela bien avant l’arrivée des ‘’marsiens’’ ;d’autres variantes de cette  force vont  apparaître  comme le FAAD, les élites issues des ‘’commissions d’élus’’…mais la plus pernicieuse est celle des retournés.Les commissions militaires mixtes issues  des  accords  d’Evian  seront  truffées par  des  officiers fraîchement promus du côté algérien  issus de cette  troisième force !! Il  faut  reconnaître  que le contexte de la lutte anti-O.A.S  avait favorisé l’alliance de facto de toutes les forces dans un front commun (ALN , force locale , armée française…) , et enfin la  crise  de l’été  1962 (course  au  pouvoir) avait tout  faussé .Malgré les apparences,le SDECE et autres officines avaient très intelligemment tiré  les ficelles en jouant officiellement la  neutralité  entre protagonistes . L’éclatement du GPRA et le recul de la conscience nationale et patriotique au second plan par rapport aux années  de  feu où elle s’était le plus cristallisée,avait permis l’émergence de clans hétérogènes de nouvelles ’néo-assabyetes’  se  disputant  le  pouvoir  des  appareils, même des harkis y ont étaient intégrés selon l’appartenance tribale.   Le  nouveau clivage était l’alignement et la fidélité, même en apparence, aux pouvoirs en place…                               

16) Les évènements en cours dans le monde arabe  nous démontrent bien le caractère  contradictoire  du mouvement de masse et les possibilités d’évolution ou  de régression historiques dans un contexte de crise aigue du capitalisme, de domination  néolibérale , et du déclin historique  de  la  puissance  économique et technologique  américaine, comblée par  l’hégémonie militaire ; ainsi  que  le  poids  de  l’intervention des services spéciaux et leurs capacités de contrôle et de récupération relatives du mouvement de masse.                                                                     

17) Ivan Kovaltchenko se référant principalement à Marx, Engels et Lénine  développa les fondements de la théorie des alternatives dans  le développement historique . Mais se trompera  lourdement sur  l’analyse  du processus qu’il  pensa irréversible de  la révolution d’Octobre  par  une vision théorique  abstraite  et absolue, ainsi que la négation de la déformation stalinienne bureaucratique  et sans aucune allusion au révisionnisme khrouchtchévien et gorbatchévien.                                                                                   .                                                             Il s’agit de l’auteur de l’hymne S’hab el Baroud , Hanani Lahouari , contre la cantate du centenaire.                                                                                                                                                                                                                     

a),b),c),d) : se référer au numéro spécial de la revue Naqd de 2010 consacré au 50 éme  anniversaire  de  cet événement historique des manifestations populaires de décembre 1960.

Pierre Marion, La mission impossible-A la tête des services secrets, Editions Calmann-Lévy, Paris 1991,p.106

18) A moins qu’il y a eu intervention ‘’ d’une main malveillante ‘’ non contrôlée lors de l’impression !                           

Il ne faut surtout pas confondre le contenu politique du mot d’ordre ‘’Algérie Algérienne’’prôné par les pro- gaullistes qui l’empruntèrent vicieusement à une fraction du mouvement national dite berbériste des années quarante,lui donnant en apparence un contenu sociologique,identitaire et civilisationnel.En décembre 1960 , il y’avait eu  une troisième force consciente politiquement, et une grande masse manipulée surtout d’enfants et d’adolescents, mais qui pour la plupart avait été  rapidement réorientée  par la base du FLN-ALN  ( dont le P.C.A). Cet évènement historique exceptionnel confirmera d’ailleurs la ligne politique de ce dernier.                                                                                                                                                                                                                                                    

* – Cette  discipline n’est pas , bien sûr , enseignée à  l’université algérienne ,l’auteur universitaire ( magister  inachevé  en  1988/89) , enseigna au  lycée Lotfi  d’Oran , et  à  l’université  d’Oran  ( pendant l’année 1986 ) .   Il  mena d’abord  un  travail monographique sur la zone 5 de la wilaya 5 ( Emergence de la 3éme  force  néocoloniale   entre  1958  et  1962  – région de Sidi Bel Abbés et Aïn Témouchent – Etude de cas) – (Micro – histoire) ; avant  d’élargir  ses  horizons  sur  quelques  aspects  de  l’histoire  du  MALG  et  du renseignement  algérien  en général à l’échelle nationale ,selon la disponibilité des sources écrites et orales ,  et  cela  depuis  plus  d’un quart de siècle passé,  avec  ses  propres  moyens , en  dehors  des  institutions  de  recherche  officielles , et  sans  prétention  particulière  de  tout  savoir , dans  une sphère de la connaissance historique  assez  singulière  où forcement la sienne ne peut-être que  partielle et incomplète.                                

Un ouvrage récent – très médiatisé – a été consacré à l’événement du  soulèvement populaire  dernièrement en  France  par  le  sociologue (Mathieu Rigouste, un seul héros le peuple, Editions  PMN, Paris 2020).  Il  avait ouvert en 2016 un blog spécial pour réaliser ce livre et  un  film  documentaire  en  faisant  un  appel  à  l’aide.       Je  lui  avais  envoyé  par email cette modeste  contribution  inédite, comme  je  l’avais  envoyé  auparavant  à quelques ami(e)s. A cause du  coronavirus, on  n’a pas  encore eu accès à ce nouveau livre. Pour l’instant nous n’en savons que peu sur son contenu à travers les interviews de son auteur qui sont disponibles sur internet.

Un écrit précédent d’Amar Belkhodja, Tiaret,la révolte urbaine du 8 janvier 1961,Editions Alpha, Alger 2013, avait  été consacré au soulèvement contre le référendum gaulliste de l’autodétermination dans  cette  région. C’est une réplique tardive  de cette région (aux manifestations de décembre 1960)  organisée  sur  instruction du FLN-ALN. Elle était combinée à des attaques armées et eu des morts et blessés.

REMARQUE:

Cette petite étude critique a donné naissance discrètement à ‘’mémoria.dz’’ le magazine de  l’histoire et de la mémoire en Algérie après avoir été envoyée à qui de droit en 2011.

(Ce texte a été un peu corrigé et mis à jour)

                             Le 9 décembre 1960 à Aïn Témouchent à la place publique, début de l’évènement.

Une réflexion sur “Les manifestations de décembre 1960 en Algérie. par Boumediene Lechlech.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *