Évaluer ses limites par Andrei Martyanov.

 

Je ne mâcherai pas mes mots ici : La Russie n’a pas besoin de rencontrer Biden (ou qui que ce soit qui dirige cet avatar de POTUS), l’establishment américain (une grande partie de celui-ci), par contre, a grandement besoin de cette rencontre. Les deux parties le savent, mais les Russes, qui ont appris à calculer les actions des États-Unis (ce qui n’est pas si difficile, en réalité) plusieurs étapes à l’avance, sont parfaitement à l’aise pour jouer un tel rôle. La Russie n’a pas besoin des États-Unis pour un certain nombre de raisons, dont les principales sont les suivantes :
1. La Russie est largement protégée économiquement des États-Unis. Les relations alliées de facto avec la Chine et les relations amicales avec l’Asie compensent largement ce que la Russie pourrait perdre (ou a déjà perdu) dans son commerce avec l’Occident ;
2. Sur le plan militaire, la Russie a un avantage sur les États-Unis dont même l’Union soviétique n’aurait pu rêver ;
3. Les Russes savent très bien que la crise américaine (j’écris à ce sujet depuis des années) est systémique et que même dans les pires circonstances mondiales, à l’exception d’une guerre thermonucléaire totale, la Russie a tout le temps dont elle a besoin et peut même ne pas se fatiguer à observer cette épave d’un Occident qui quitte la scène mondiale en tant que force décisive.
4. Dernier point, mais non des moindres… Les Russes savent que les États-Unis ont besoin de ce sommet. Les Russes savent même pourquoi les États-Unis ont besoin de ce sommet et la Russie se contente de jouer le rôle de jeune fille difficile à obtenir, qui ne le ferait pas ? Surtout en sachant que tout ce qui pourrait être négocié et réglé avec les États-Unis lors de cet éventuel sommet ne vaudra pas le papier sur lequel il sera écrit. Cela n’arrive jamais, car les États-Unis sont incapables de conclure un accord.
Les États-Unis ont besoin de ce sommet pour démontrer leur importance à leurs vassaux européens et peut-être, juste peut-être, introduire un certain degré de tension dans les relations russo-chinoises. Après tout, le sommet politique et les médias américains sont remplis de menteurs pathologiques et il ne leur faudrait aucun effort pour répandre et faire tourner toutes sortes de conneries sur cet éventuel sommet. Au détriment des relations russo-chinoises, bien sûr. En fin de compte, l’apparition de Biden aux côtés de Poutine (surtout pour la séance de photos) augmente le mojo de Biden, pas celui de Poutine, dont l’envergure en tant qu’homme d’État est depuis longtemps assurée en Russie et dans le monde.
En Islande, 35 ans environ après la première rencontre entre Gorbatchev et Reagan, la danse commence :
« Le secrétaire d’État Antony Blinken a averti mercredi son homologue russe que les États-Unis répondraient aux provocations du Kremlin mais que Washington recherchait une relation « prédictible » avec Moscou. Blinken a rencontré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, en marge d’une réunion du Conseil de l’Arctique à Reykjavik, en Islande. Cette session bilatérale était destinée à préparer le terrain pour un éventuel sommet entre le président Joe Biden et le président Vladimir Poutine dans les semaines à venir. Les États-Unis et la Russie sont en désaccord sur de nombreux fronts, qu’il s’agisse du conflit en cours en Ukraine, soutenue par les États-Unis, ou des préoccupations relatives à l’ingérence russe dans les élections américaines. La Russie a nié tout acte répréhensible et accusé les États-Unis d’hypocrisie et d’ingérence inappropriée dans sa sphère intérieure ».
La principale question est, bien entendu, de savoir ce que la Russie y gagne. Poutine ne va pas assister à un éventuel sommet uniquement pour la séance photos, ce qui est certainement le cas de Biden. L’envergure et la position de Poutine sont telles aujourd’hui que le seul personnage qui lui soit égal sur le plan politique dans le monde est le camarade Xi. À ce stade, pour Poutine, Biden est une option de « mariage vers le bas ». Sans parler du fait que Poutine représente une puissance ascendante, tandis que Biden est un ÉPITOMÉ et l’incarnation de l’abandon par les États-Unis de leur position largement autoproclamée d’hégémon. Rappelez-vous ce que j’ai écrit il y a quatre ans et demi :
« Pour une raison ou une autre, de nombreuses personnes aux États-Unis qui proposent cette triangulation bizarre consistant à utiliser la Russie comme alliée des États-Unis dans leur lutte contre la Chine, en sont encore à la fin des années 1980 et au début des années 1990, pensant que la Russie est simplement encore amoureuse des États-Unis, de son niveau de vie et de sa culture. Cela n’a tout simplement plus aucun fondement dans la réalité. Les Russes, contrairement à ce qui s’est passé au lendemain de l’effondrement de l’Union soviétique, ne sont tout simplement plus intéressés par les États-Unis. Mis à part la crainte traditionnelle des Russes (tout à fait justifiée) qu’un fou aux États-Unis ne déclenche une guerre contre la Russie, les attraits de la « démocratie » et du libéralisme américains se sont considérablement estompés et l’écrasante majorité des Russes se contentent de vaquer à leurs occupations quotidiennes et de vivre leur vie …
En Russie, les États-Unis sont aujourd’hui considérés comme une menace – un changement radical par rapport à il y a 25 ans, lorsque les États-Unis étaient considérés comme un allié et un ami, ces sentiments ont disparu assez rapidement. Les Russes « vaquent à leurs occupations quotidiennes » en s’occupant d’un grand nombre d’affaires courantes et, à cet égard, les États-Unis ne figurent même pas dans les dix premiers partenaires commerciaux de la Russie, alors que comme vous l’avez peut-être déjà deviné, la Chine, elle, y figure …
La question irrésistible et hautement justifiée se pose donc : qu’est-ce que la Russie peut y gagner ? Que peuvent éventuellement offrir les États-Unis à la Russie sur le plan économique, alors que la dynamique économique en Eurasie offre à la Russie une foule d’opportunités économiques incroyables ? »
Vous vous souvenez du titre de ce billet ? C’était « Les États-Unis ont-ils assez de devises ? » Pour acheter la Russie, bien sûr. Les États-Unis n’en avaient pas assez à l’époque, aujourd’hui – ils sont encore plus loin du compte. Peu importe comment on essaie de le présenter, même le gazoduc Nord Stream 2 a pour la Russie une signification essentiellement géopolitique, et non économique. Ce gazoduc est une ligne de vie pour l’Allemagne. Privez l’Allemagne de cette ligne de vie et :
« L’administration Biden a levé les sanctions contre une société qui construit un gazoduc controversé entre la Russie et l’Allemagne. Les États-Unis ont également levé les sanctions contre un allié du président russe Vladimir Poutine qui dirige la société à l’origine du projet Nord Stream 2. Cette décision a été prise dans le cadre d’un rapport sur les sanctions russes remis au Congrès mercredi par le Département d’État. Les détracteurs du projet estiment que le gazoduc est un enjeu géopolitique majeur pour le Kremlin ».
Ce n’est pas un geste de charité de la part de Biden. Pas du tout, et cela ne va pas non plus dans le sens de la réduction des tensions entre les États-Unis et la Russie dont les hommes de Biden aiment tant parler ces derniers temps. Une grande partie de cette décision est motivée par la soudaine volonté de l’Allemagne de renouer les liens au moins de manière rudimentaire et de s’assurer que les États-Unis reçoivent le message qu’ils risquent beaucoup s’ils parviennent à saboter NS2, ce qui, comme vous l’avez peut-être déjà deviné, fait une fois de plus le jeu de la Russie en raison des répercussions politiques majeures en Allemagne – même si le Bundestag devient beaucoup plus « vert » – car l’enjeu est que l’Allemagne reste la première nation mondiale et la plus grande économie de l’UE. Même les acolytes mondialistes complètement corrompus et stupides comme les Verts allemands ne sont pas prêts à jouer avec cela. Pas encore, en tout cas. Zugzwang, mesdames et messieurs. Peu importe ce que vous faites… vous perdez. Et ces satanés Russes gagnent d’une manière ou d’une autre. Ne me dites pas que je ne vous ai pas prévenus.
Dans les nouvelles liées :
« MOSCOU, 18 mai, Tass – Le système de paiement international SWIFT a confirmé à la Banque centrale qu’il fonctionnera en Russie comme d’habitude et qu’il n’y a aucun risque que le pays soit déconnecté du système, a déclaré la première vice-présidente de la Banque centrale Olga Skorobogatova, s’exprimant devant la Douma d’État, la chambre basse du Parlement …
“Nous sommes en contact constant et direct avec SWIFT, tant avec le siège que le bureau de Moscou. Ils nous ont confirmé que SWIFT fonctionnera comme d’habitude, sans aucun problème, et nous ne voyons aucun risque pour le moment”, a-t-elle déclaré. Mme Skorobogatova a fait remarquer que même si la Russie est déconnectée de SWIFT, les virements interbancaires peuvent être transférés vers l’homologue russe – le Financial Message Transfer System (FMS) ».
Je sais, je sais, c’est tellement frustrant d’être un diplomate américain de nos jours, parce que vous rencontrez des Russes et ces salauds vous regardent avec leur visage suffisant (clin d’œil) et savent déjà ce que vous allez dire et faire, non seulement maintenant mais aussi plus tard. C’est exaspérant pour les exceptionnalistes et les néoconservateurs américains car ils sont littéralement impuissants à faire quoi que ce soit à ce sujet. Non seulement les « diplomates » américains ne sont pas de vrais diplomates – ils ne sont que des intermédiaires au service du diktat de Washington – et sont surclassés par les vrais diplomates de la Russie et de la Chine, mais ils n’ont pas de leur côté ce qu’ils pensaient avoir toujours eu, lorsqu’ils parlaient à des bidonvilles du tiers monde et à la Russie confuse et affaiblie des années 1990, qui souffrait d’une blessure auto-infligée – une vraie puissance militaire et économique.
D’une manière bizarre, je pense que les États-Unis ont rendu un grand service à la Russie et à son peuple lorsque, poussés par leur incompétence, leur myopie et leur soif de gratification instantanée, ils ont déclenché un chaos en Ukraine en 2014. Ils ont réveillé chez les Russes ce que Tolstoï a décrit comme une « chaude lumière du patriotisme », toujours présente mais invisible aux yeux des étrangers. Le coup d’État sanglant de l’Ukraine a finalement ouvert les yeux des Russes sur leur propre destin et leur attitude face à la vie et aux anciennes « nations fraternelles » et les a libérés de toute illusion à ce sujet.
Il a également poussé la transition économique tant attendue à passer à la vitesse supérieure et nous en voyons les résultats tous les jours. En tant que Russe, je dis cela avec une grande fierté et un sentiment de réussite. En tant que citoyen américain, je ne peux m’empêcher d’éprouver de la tristesse à la vue de ce qui a été fait aux États-Unis au cours des 25 dernières années et de la manière dont les relations russo-américaines ont été pratiquement détruites, étant sacrifiées comme un agneau sur l’autel de l’orgueil démesuré, de l’illusion de soi et de l’exceptionnalisme des États-Unis.
Aujourd’hui, les États-Unis ont atteint leurs limites absolues en matière de puissance et d’influence et ils les sondent, pour constater que ces limites constituent un mur de béton massif qui ne peut être franchi, quelle que soit l’ampleur de l’effort. Telle est la réalité et il semble que quelqu’un à D.C. commence à la reconnaître.
Dans des nouvelles connexes :
« Les forces armées russes ont récemment mis en service le radar Yenisei, qui possède des capacités tactiques et techniques exceptionnelles et peut être utilisé dans les systèmes de missiles de défense aérienne S-400 et S-500. Selon une source haut placée au sein du service militaro-industriel russe, le nouveau radar a été mis en service fin avril.
Voici le S-500 mis en service. Cette nouvelle est, évidemment, une très mauvaise nouvelle pour beaucoup. Mais nous en reparlerons plus tard.

source : https://smoothiex12.blogspot.com
traduit par Réseau International

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *