Comment les Britanniques ont inventé le mondialisme par Richard Poe.

 

LA PLUPART DES PATRIOTES sont d’accord pour dire que nous combattons quelque chose appelé « mondialisme ».

Mais de quoi s’agit-il ?

Avant tout, c’est une invention britannique.

Le mondialisme moderne est né dans l’Angleterre victorienne et a été promu par les socialistes fabiens britanniques.

C’est maintenant le système de croyance dominant du monde d’aujourd’hui.

George Orwell l’appelait Ingsoc.

Dans son roman « 1984 », Orwell prédit un avenir dans lequel l’Empire britannique fusionne avec les États-Unis pour former Océania, un super-État dirigé par une idéologie maléfique appelée Ingsoc (abréviation de English Socialism).

La dystopie d’Orwell était fondée sur sa connaissance des plans mondialistes réels.

« La Fédération du monde »

Alors que la puissance britannique s’étendait au XIXe siècle, la domination mondiale semblait inévitable.

Les administrateurs impériaux ont élaboré des plans pour un monde uni sous la domination britannique.

La clé pour que cela fonctionne était d’unir ses forces à celles des États-Unis, comme Orwell l’a décrit dans son roman.

De nombreux anglophiles aux États-Unis étaient plus que désireux de suivre ce plan.

« Nous sommes une partie, et une grande partie, de la Grande Bretagne qui semble si clairement destinée à dominer cette planète… » s’enthousiasme le New York Times en 1897, lors des festivités du jubilé de diamant de la reine Victoria.

En 1842, Alfred Tennyson – qui allait bientôt devenir le poète officiel de la reine Victoria – a écrit le poème « Locksley Hall ». Il y envisageait un âge d’or de la paix, sous une « loi universelle », un « Parlement de l’homme » et une « Fédération du monde ».

Les mots de Tennyson ont préfiguré la Société des Nations et l’ONU. Mais Tennyson n’a pas inventé ces concepts. Il a simplement célébré des plans déjà en cours parmi les élites britanniques.

Des générations de mondialistes britanniques ont chéri le poème de Tennyson comme s’il s’agissait d’une écriture sainte. Winston Churchill en a fait l’éloge en 1931, le qualifiant de « plus merveilleuse de toutes les prophéties modernes ». Il a qualifié la Société des Nations d’accomplissement de la vision de Tennyson.

L’impérialisme libéral

Un autre dirigeant britannique influencé par le poème de Tennyson était le philosophe John Ruskin.

Lors de sa première conférence à Oxford en 1870, Ruskin a électrisé les étudiants en déclarant que le destin de la Grande-Bretagne était de « régner ou mourir » – dominer le monde ou être dominé par d’autres.

Par ces mots, Ruskin a donné naissance à une doctrine qui allait bientôt être connue sous le nom d’ « impérialisme libéral » – la notion selon laquelle les pays « libéraux » doivent conquérir les pays barbares afin de répandre les valeurs « libérales ».

Un meilleur nom serait « impérialisme socialiste », car la plupart des personnes qui ont promu ce concept étaient en fait des socialistes.

Ruskin se disait « communiste » avant que Marx n’ait fini d’écrire « Le Capital ».

Aux yeux de Ruskin, l’Empire britannique était le véhicule parfait pour répandre le socialisme.

Le socialisme de Ruskin était étrangement mélangé à l’élitisme. Il exalte la supériorité des races « nordiques », c’est-à-dire les Normands, les Celtes et les Anglo-Saxons qui ont construit l’Angleterre. Il voit dans l’aristocratie – et non dans le peuple – l’incarnation de la vertu britannique.

Ruskin était également un occultiste et (selon certains biographes) un pédophile. À ces égards, ses excentricités ressemblent à celles qui sont encore à la mode aujourd’hui dans certains cercles mondialistes.

Le Rhodes Trust

Les enseignements de Ruskin ont inspiré une génération d’hommes d’État britanniques.

L’un des ruskiniens les plus dévoués est Cecil Rhodes (1853-1902). Alors qu’il était étudiant, Rhodes a entendu la conférence inaugurale de Ruskin et en a rédigé une copie, qu’il a conservée toute sa vie.

En tant qu’homme d’État, Rhodes encourageait agressivement l’expansion britannique. « Plus nous habitons le monde, mieux c’est pour la race humaine », disait-il.

Dans son testament, Rhodes laisse une fortune pour promouvoir « la domination britannique dans le monde entier » ; la consolidation de tous les pays anglophones en une seule fédération ; et – selon Rhodes – « le rétablissement final des États-Unis d’Amérique comme partie intégrante de l’Empire britannique ».

Tout cela était censé conduire à « la fondation d’une puissance si grande qu’elle rendrait les guerres impossibles et favoriserait les meilleurs intérêts de l’humanité », concluait Rhodes dans son testament.

Ainsi, la paix mondiale serait atteinte par l’hégémonie britannique.

Dans les années 1890, la plupart des dirigeants britanniques étaient d’accord avec Rhodes.

La Table ronde

Après la mort de Rhodes en 1902, Alfred Milner a repris son mouvement, créant des groupes secrets de la « Table ronde » pour faire de la propagande en faveur d’une fédération mondiale de pays anglophones.

Dans chaque pays ciblé – y compris aux États-Unis – les tables rondes recrutaient des dirigeants locaux pour servir de « chèvres de Judas ». Une chèvre de Judas est un animal dressé pour mener les autres à l’abattoir.

En fait, la Table Ronde menait les gens à l’abattoir au sens propre. Une guerre avec l’Allemagne était attendue. La Table Ronde a demandé à chaque colonie anglophone de s’engager à envoyer des troupes le moment venu. L’Australie, le Canada, la Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud ont accepté.

La Première Guerre mondiale a poussé le monde vers le mondialisme, donnant naissance à la Société des Nations.

C’était à dessein. Un dessein britannique.

Des générations d’écoliers ont appris que Woodrow Wilson était le père du mondialisme. Mais les « idéaux » de Wilson lui ont été donnés à la cuillère par des agents britanniques.

La guerre pour mettre fin à la guerre

Le 14 août 1914 – dix jours seulement après la déclaration de guerre de l’Angleterre – le romancier H.G. Wells a écrit un article intitulé « La guerre qui mettra fin à la guerre ». « Il s’agit maintenant d’une guerre pour la paix… » déclare-t-il. « Elle vise à un règlement qui mettra fin à ce genre de choses pour toujours ».

Wells a publié une version livre de « La guerre qui mettra fin à la guerre » en octobre 1914. Il écrit : « Si les libéraux du monde entier… insistent sur la tenue d’une conférence mondiale à la fin de ce conflit… ils pourront… créer une Ligue de la paix qui contrôlera le globe ».

Wells n’a pas inventé l’idée d’une « Ligue de la Paix ». Il ne faisait que promouvoir la politique britannique officielle. Wells était un agent secret du Bureau de Propagande de Guerre britannique (connu sous le nom de Wellington House).

Des agents britanniques à la Maison Blanche

Les dirigeants britanniques ont compris que leur Ligue de la Paix ne pourrait jamais fonctionner sans le soutien des États-Unis. C’est pourquoi les services de renseignements britanniques déployaient des efforts très spécifiques pour pénétrer dans la Maison Blanche de Wilson, ce qui s’avéra étonnamment facile.

Le conseiller le plus proche de Wilson était le « colonel » Edward House, un Texan ayant de solides liens familiaux avec l’Angleterre.

Pendant la Guerre de Sécession, le père de House, d’origine britannique, a fait fortune en échangeant du coton contre des munitions britanniques, pour armer les troupes rebelles.

Le jeune Edward House et ses frères ont fréquenté des pensionnats anglais.

Alors qu’il conseillait le président Wilson, le colonel House travaillait en étroite collaboration avec des espions britanniques, notamment Sir William Wiseman, chef de la station américaine du Secret Intelligence Service (SIS) britannique. House, Wiseman et Wilson sont devenus des amis intimes, passant même des vacances ensemble.

L’idée d’une « Société des Nations » vient de Sir Edward Grey, le ministre britannique des Affaires étrangères. Dans une lettre du 22 septembre 1915, Grey demande au colonel House si le président peut être persuadé de proposer une Société des Nations, car l’idée serait mieux accueillie venant d’un président américain.

Lorsque Wilson se rendit à la Conférence de Paix de Paris en 1919, Wiseman et House étaient à portée de main, guidant chacun de ses mouvements, ainsi qu’un grand nombre d’autres officiels britanniques et américains, tous engagés dans le programme mondialiste, et dont beaucoup étaient directement liés à la Table ronde.

La relation spéciale

L’ancien officier du SIS John Bruce Lockhart a déclaré plus tard que Wiseman était « l’agent d’influence le plus efficace que les Britanniques aient jamais eu ». L’historien britannique A.J.P. Taylor a écrit que « Lui [Wiseman] et House ont fait de la « relation spéciale » une réalité ».

De nombreux historiens soutiennent que la « relation spéciale » entre les États-Unis et le Royaume-Uni n’a commencé qu’après la Seconde Guerre mondiale, avec la création de l’OTAN et de l’ONU. Cependant, Taylor note à juste titre que les graines de la « relation spéciale » ont été plantées plus tôt, lors de la Conférence de Paix de Paris de 1919.

À Paris, les responsables américains et britanniques ont secrètement convenu de coordonner leurs politiques, afin que les deux pays agissent de concert. Deux groupes de réflexion ont été créés pour faciliter cette coordination, Chatham House (Royaume-Uni) et le Council on Foreign Relations (États-Unis).

Au grand désarroi des mondialistes britanniques, le Sénat américain a refusé d’adhérer à la Société des Nations. Il a fallu une autre guerre mondiale – et les talents de persuasion de Winston Churchill – pour que les États-Unis soient finalement intégrés à un gouvernement mondial, via l’OTAN et les Nations unies.

Winston Churchill, père du mondialisme moderne

La vision de Churchill d’un gouvernement mondial était étrangement similaire à celle de Cecil Rhodes et de la Table ronde. Churchill appelait à une « organisation mondiale » soutenue par une « relation spéciale » entre les pays anglophones.

Le 16 février 1944, Churchill a averti que, « à moins que la Grande-Bretagne et les États-Unis ne soient réunis dans une relation spéciale… dans le cadre d’une organisation mondiale – une autre guerre destructrice se produira ». En conséquence, l’ONU est fondée le 24 octobre 1945.

Cependant, l’ONU ne suffit pas. Cecil Rhodes et la Table ronde avaient toujours soutenu que le véritable pouvoir derrière tout gouvernement mondial devait être une union de peuples anglophones. Churchill a répété ce plan dans son discours du 5 mars 1946 sur le « Rideau de Fer ».

Churchill a prévenu que l’ONU ne disposait pas de « force armée internationale » ni de bombes atomiques. Selon Churchill, les États-Unis doivent donc se joindre à la Grande-Bretagne et aux autres pays anglophones dans une alliance militaire. Aucune autre force ne pourrait arrêter les Soviétiques.

« L’association fraternelle des peuples anglophones »

Churchill a déclaré que « l’organisation mondiale » était inutile sans « l’association fraternelle des peuples anglophones ». Cela signifie une « relation spéciale entre le Commonwealth et l’Empire britannique et les États-Unis ».

Les paroles de Churchill ont conduit au traité de l’OTAN de 1949 et à l’accord « Five Eyes », qui met en commun les efforts de renseignement des États-Unis, du Royaume-Uni, du Canada, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande. Étape par étape, Churchill nous a rapprochés du super-État mondial qu’Orwell appelait Océania.

Se décrivant lui-même comme un « conservateur anarchiste », Orwell détestait le communisme soviétique. S’il l’avait voulu, il aurait pu écrire « 1984 » comme une sorte d’Aube rouge britannique, avec l’Angleterre gémissant sous l’occupation soviétique. Mais ce n’était pas le message d’Orwell.

Orwell mettait en garde contre un danger plus proche de chez lui. Il mettait en garde contre les mondialistes britanniques et leur projet d’union des pays anglophones, animé par l’idéologie Ingsoc.

À bien des égards, le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui est celui qu’Orwell avait prévu.


illustration : Première rencontre de la Société des Nations après la ratification du traité de Versailles, 10 janvier 1920

source : https://www.lewrockwell.com

traduit par Réseau International

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *