Appeler à la guerre par Steve Brown

Le capitaine Richard Olson, pilote A-10 du 74e Escadron de chasse expéditionnaire, descend d’un A-10 Warthog après son vol à l’aérodrome de Kandahar, en Afghanistan, le 2 septembre 2011. USAF / Aviateur principal Corey Hook

 

Le programme de changement de régime pour la Syrie était l’un des principaux objectifs de la construction de Robert Loewenberg en 1996, l’Institut d’études stratégiques et politiques avancées. Le plan de l’IASPS visant à déstabiliser le Moyen-Orient a créé un plan pour les États défaillants, intitulé A Clean Break: A New Strategy for Securing the Realm. Selon ce document, les Etats-Unis-Israël ont compris que leur Axe ne pouvait pas « conquérir » le monde arabe, mais pouvait le diviser et créer des États défaillants offrant un avantage hégémonique et économique. Le « Clean Break » a été publié pour la première fois en 1996 pour Benyamin Netanyahou qui l’aurait rejeté. *
Ensuite, d’éminents néoconservateurs ont établi leur célèbre Projet pour un nouveau siècle américain (PNAC), en 1997. Le PNAC a publié son ouvrage phare Rebuilding America’s Defences: Strategies, Forces And Resources For A New Century douze mois avant les attaques du 11 septembre. Donald Kagan, père du mari de la secrétaire d’État adjointe américaine Victoria Nuland, Robert Kagan, et d’autres militaristes de haut vol ont écrit ce document, affirmant que les États-Unis doivent être le gendarme du monde et appliquer leur volonté économiquement et militairement chaque fois que cela est avantageux (ou non) de le faire. Le PNAC a essentiellement plaidé en faveur d’un MIC américain omniprésent dont la portée a été étendue pour inclure les « États défaillants » où tout État non favorable aux intérêts américains doit être réduit à un État défaillant, parce qu’un État défaillant en opposition aux intérêts américano-israéliens est préférable à un État qui fonctionne dans l’opposition. Un autre facteur IASPS / PNAC est l’objectif de réaliser que le Grand Israël doit être accompli par la domination militaire, la corruption et le changement de régime existant.
Des initiatives de l’IASPS et du PNAC – parrainées par des oligarques néoconservateurs-néolibéraux qui parrainent également des partis politiques républicains et démocrates américains – est né le Projet du Grand Moyen Orient en 2003, qui englobait pleinement l’idéologie néoconservatrice. Juste après l’invasion et l’occupation de l’Irak par les États-Unis, le Projet du Grand Moyen-Orient a été codifié par le sommet du G8 de 2004 : Initiative pour un Moyen-Orient élargi. L’initiative du Grand Moyen Orient  avait pour objectif de « transformer les pays musulmans du Moyen-Orient en sociétés démocratiques, laïques** et bien informées ». Que ce soit économiquement ou militairement (ou les deux) en 2003, le GMO devait viser : La Mauritanie, le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye, l’Égypte, le Soudan, le Liban, Bahreïn, le Qatar, les Émirats arabes unis, Oman, le Yémen, l’Iran, l’Irak, le Pakistan, l’Afghanistan, la Syrie, la Turquie, la Palestine, l’Arabie saoudite, le Koweït et la Jordanie.
L’écrivain Neffah Hocine explique que la France a adopté le projet du Grand Moyen-Orient pendant des décennies. Hocine écrit que les puissances occidentales et en particulier la France n’ont rien laissé au hasard dans le financement et la création de divisions internes entre les peuples autochtones, y compris les Peuples berbères. Hocine estime qu’une relance coordonnée par l’Occident du Projet du Grand Moyen-Orient fournit une explication aux événements récents, signalés par un soutien occidental renouvelé à l’agenda takfiri. Hocine souligne que si l’Occident peut dénoncer les talibans comme des terroristes, il poursuit hypocritement son soutien implicite aux régimes brutaux de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis et du Makhzen, qui encouragent tous une subversion et une interprétation incestueuses salafiste-wahhabite de l’islam.
Mais ce n’est pas tout. Les dictateurs du Moyen-Orient ont proposé de regarder au-delà des capitaux occidentaux conventionnels pour obtenir un soutien, parce que les États-Unis se sont progressivement isolés par le biais de sanctions économiques, de droits de douane, d’agressions et d’une économie qui repose sur la finance prédatrice, l’usure et le vol. En réponse à la disparition du commerce et à l’éclipse progressive des dollars américains, les élites néolibérales et la classe du coup d’État maintiennent toujours que la guerre et / ou les Etats-Unis peuvent soumettre ou apaiser n’importe quel ennemi. C’est fou qu’après toutes ces années et toutes ces guerres, la classe du coup d’État y croit encore…! Mais ils le font. Et en tant que tels, les élites occidentales se battent pour un retour agressif au Projet du Grand Moyen-Orient … ceci, tout comme de nouvelles guerres de pipelines émergent lorsque la contagion c19 s’estompe.
Au-delà de l’intervention militaire et économique, le Projet du Grand Moyen-Orient inclut désormais la guerre de quatrième génération comme un élément essentiel parce que l’armement RAPDOM seul ne peut pas atteindre la permanence pour l’hégémonie mondiale. Comme Ashoka l’a averti, la guerre psychologique via une communication à grande vitesse est de la plus haute importance pour préparer l’ennemi à la défaite. Les menaces psychologiques de quatrième génération ont inclus une invasion extraterrestre spatiale proposée, et qu’une maladie hautement transmissible finira par nous tuer tous – ou, sinon, un changement climatique irréversible le fera. Ce n’est pas une composante de la vérité à ces menaces qui a un mérite néolibéral. seulement leur potentiel à maintenir le récit dominant des médias.
Mais depuis vingt ans, aucune menace n’a eu plus de jeu que le potentiel de guerre de quatrième génération de la terreur takfiri. Par cette lumière, peut-être pouvons-nous dire qu’une résurgence sponsorisée de daesh est ce qui attend Empire. Nous ne pouvons anticiper un tel développement qu’avec une prémisse certaine: lorsqu’un moment dialectique hégélien d’élite se termine, le suivant commencera. Mais en ce moment, aux États-Unis, les grands médias sont absolument en train de faire la guerre.
Et pour plus de guerre.
Netanyahou aurait rejeté le plan de l’IASPS ; mais le programme néoconservateur a été accueilli de tout cœur par George W. Bush avant l’an 2000.
** Ironiquement, par implication, Israël est en quelque sorte considéré comme « laïc » ? Notez également que le rôle de l’OTAN a déjà été modifié après 2001 pour inclure la protection de l’alliance contre le « terrorisme international » – un large champ d’application qui peut s’appliquer à presque toutes les situations.
Steve Brown: auteur et éditeur sur la stratégie géopolitique et les conflits; contributeur à : The Duran, Fort Russ News, Strategika51, Herland Report, Ron Paul Institute, SouthFront.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *